Abonnez-vous au journal de votre région et recevez en cadeau une montre connectée Samsung Galaxy Watch4 ou un robot multifonction Domo

Fermés depuis presque un mois, les bureaux de paris sportifs poussent un coup de gueule: «Les gens commencent à se rebeller»

Vincent Penant déplore les inégalités créées dans un même secteur.
Vincent Penant déplore les inégalités créées dans un même secteur. - D.R

Lors du Comité de concertation du 23 décembre dernier, il a été décidé de fermer, une nouvelle fois, les salles de jeux récréatifs, telles que les bureaux de paris sportifs, provoquant l’incompréhension et la colère des gérants de tels établissements. « On comprend qu’il y ait des mesures prises pour faire disparaître le virus, mais on ne comprend pas les inégalités créées. Pour un même secteur, certains établissements peuvent ouvrir et d’autres non. Pourtant, on a tout mis en œuvre pour pouvoir rester ouverts, dans le respect des normes sanitaires. On a installé des purificateurs d’air, on met des masques, on nettoie quotidiennement, etc. », déplore Vincent Penant, sales manager pour Ladbrokes Charleroi, Namur et Ardenne.

Celui-ci ne comprend pas entre autres, que son bureau de paris soit fermé alors que le bureau de la Loterie peut rester ouvert, pour des services équivalents. « Il y a un grand sentiment d’injustice. Tout le monde doit être mis sur un même pied d’égalité. »

>> Pour Vincent Penant, c’est très compliqué de garder la tête hors de l’eau  : « Les gens commencent à se rebeller »

>> Il pointe aussi le risque de voir les paris sportifs illégaux augmenter  : « En agence, on fait de la prévention »

Retrouvez cet article et toute l'info de votre région dans notre nouvelle application Sudinfo. Téléchargez-la maintenant ici.

Notre sélection vidéo