Abonnez-vous au journal de votre région et recevez en cadeau une montre connectée Samsung Galaxy Watch4 ou un robot multifonction Domo

Coronavirus: «L’épidémie semble s’accélérer, le pic n’est pas encore en vue, mais…», commente Steven Van Gucht

Vidéos
Coronavirus: «L’épidémie semble s’accélérer, le pic n’est pas encore en vue, mais…», commente Steven Van Gucht

Plus de 60.000 nouvelles infections seront confirmées lundi, mardi et mercredi, « et le nombre réel d’infections est bien plus élevé », a indiqué le porte-parole néerlandophone de la lutte contre le Covid-19 lors de cette conférence de presse.

Le nombre de nouveaux cas a augmenté de 34 % en une semaine, avec 31.784 contaminations détectées en moyenne par jour, entre le 11 et le 17 janvier. Presque l’entièreté (94 %) concernent des infections par le variant Omicron. Le variant Delta ne représente plus que 5 % des contaminations, selon le porte-parole. Les nouvelles infections se concentrent chez les plus jeunes : un tiers du total des nouvelles contaminations se trouvent chez les moins de 10 ans et les moins de 20 ans, chez lesquels le nombre de cas a augmenté de 100 % en une semaine. Ce doublement « spectaculaire » est « en partie lié à la rentrée scolaire, accompagnée d’un testing plus intensif ». La hausse est particulièrement marquée chez les 15-17 ans.

Au niveau régional, c’est en Flandre que le plus de cas sont dépistés (48 % des nouvelles contaminations), suivie de la Wallonie (25 %) et de Bruxelles (11 %).

Selon le virologue, les scénarios indiquent que le pic pour les hôpitaux pourrait être atteint fin janvier ou début février.

Actuellement, le nombre d’admissions à l’hôpital à cause du Covid-19 continue d’accélérer. Nous en sommes ce vendredi à 255 admissions en moyenne par jour, soit 39 % de plus qu’il y a une semaine. Il y a maintenant un total de 2.736 patients Covid (+ 34 %) dans les hôpitaux. « L’occupation des hôpitaux est croissante mais pas encore préoccupante même si l’accélération est relativement importante ».

« Les chiffres des hôpitaux sont toujours dans le scénario le plus optimiste pour le moment »

Mais, a déclaré Van Gucht, « les chiffres des hôpitaux sont toujours dans le scénario le plus optimiste et la situation reste gérable pour le moment » pour ceux-ci.

La bonne nouvelle est que le rapport entre le nombre d’infections et le nombre de personnes hospitalisées a nettement baissé. « Depuis le début de la campagne de vaccination, le taux d’hospitalisation a progressivement diminué », a déclaré Van Gucht.

Avant l’arrivée des vaccins, 5 à 8 % des personnes infectées étaient hospitalisées, alors que ce chiffre est tombé à moins de 1 % à l’heure actuelle. Et moins de personnes admises à l’hôpital se retrouvent en soins intensifs.

« On doit ces résultats à l’immunité construite, et peut-être aussi au caractère moins sévère du variant Omicron », a déclaré Van Gucht. Mais, a-t-il averti, Omicron, qui est beaucoup plus contagieux que Delta, peut toutefois encore provoquer des maladies graves et parfois mortelles.

Notre sélection vidéo