Faites attention, les escroqueries sont toujours plus nombreuses sur Market Place: voici quelques conseils pour ne pas se faire avoir!

Faites attention, les escroqueries sont toujours plus nombreuses sur Market Place: voici quelques conseils pour ne pas se faire avoir!
Isopix.

Il y a quelques jours, le SPF Economie a publié le nombre de signalements qu’il a reçu au cours de l’année dernière, de personnes victimes d’escroquerie. Tous les sites de seconde main sont concernés mais un, semble arriver en pole position de l’escroquerie : Market place sur Facebook, le marché en ligne de la plateforme. Nous avons posé la question à Olivier Bogaert, expert en cybercriminalité à la police fédérale. « Market Place est devenue la source principale de l’arnaque pour les sites de seconde main. Ces arnaques fréquentes sont simples à effectuer sur ce site. Il suffit de créer un faux profil ou d’usurper l’identité contrairement à une plateforme commerciale, où ils doivent passer par la création d’un site web. Sur Market place, ils peuvent jouer sur la réactivité ou l’instantanéité ».

Et de nombreux Belges continuent malheureusement de se faire piéger par ces usurpateurs du web qui se font passer pour de faux acheteurs. Ces derniers demandent dans un premier temps, si l’article est disponible. Une question qui survient seulement quelques minutes après la publication de l’offre. « Très souvent, le faux profil ne négocie pas et propose de suite un montant. L’usurpateur se dit être intéressé et explique qu’il va passer par Mondial Relay car il n’habite pas tout près de la région du vendeur. Dernièrement, une personne m’a signalé avoir été victime d’une tentative d’escroquerie sur cette plateforme en ligne. L’escroc propose d’envoyer un facteur d’une société de transport (Mondial Relay…) pour récolter le colis. Ensuite, un e-mail est envoyé au vendeur de la société de transport, lui indiquant qu’une somme d’argent a été versée. Pour la recevoir, il doit indiquer son numéro de compte et confirmer qu’il est bien le titulaire du compte, via le digi-pass. C’est là que l’arnaque s’effectue et que l’argent est extirpé », poursuit Olivier Bogaert.

Quelques astuces pour éviter le piège !

Le SPF Economie a formulé plusieurs conseils pour éviter aux utilisateurs de se faire piéger. Les voici :

– N’acceptez que les paiements par virement ou en espèces lorsque l’acheteur récupère le produit.

– Vérifiez attentivement l’adresse e-mail de l’expéditeur : un service de livraison internationalement connu n’utilisera pas une adresse Gmail ou Hotmail pour ses contacts avec la clientèle.

– Vérifiez l’URL de l’e-mail (expéditeur@url.com) et des liens envoyés (https ://entreprise.com/détails) : une entreprise internationale ne commet pas de fautes d’orthographe dans sa propre adresse URL.

– N’envoyez jamais vos données bancaires ou une copie de votre carte d’identité à une personne rencontrée en ligne.

– Vous ne connaissez pas le service qui vous est proposé ? Renseignez-vous et consultez le site de ce service afin de vérifier ce qu’il propose et quelles sont les démarches exactes.

– Les faux services de livraison demandent souvent d’effectuer un paiement sous le prétexte de vérifier l’authenticité de vos données. Les véritables services de livraison disposent de services de paiement sécurisés qui ne nécessitent pas une telle démarche. Refusez d’effectuer le paiement.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo