Abonnez-vous au journal de votre région et recevez en cadeau une montre connectée Samsung Galaxy Watch4 ou un robot multifonction Domo

Grâce à la vaccination, moins de 1% des cas mènent à une hospitalisation: «Il est très clair que le vaccin protège et que le booster est essentiel»

Vidéo
Grâce à la vaccination, moins de 1% des cas mènent à une hospitalisation: «Il est très clair que le vaccin protège et que le booster est essentiel»

Le taux d’hospitalisation a diminué de façon progressive depuis le début de la vaccination de la population.

Ainsi, désormais moins de 1 % des contaminations connues mènent à une hospitalisation, contre 5 à 10 % en 2020, avant le lancement de la campagne de vaccination. En outre, 11 % des admissions conduisent désormais à une entrée aux soins intensifs alors qu’avant le début de la vaccination, un quart des patients admis était aux soins intensifs, a ajouté Yves Van Laethem.

« Ceci est lié à la vaccination et (au variant) Omicron », a souligné le virologue. Pourtant, « ne nous leurrons pas : Omicron n’est pas un simple rhume, une infection banale. Il peut mener à une hospitalisation, aux soins intensifs et même au décès », a-t-il prévenu.

Une dose de rappel prouve également sa nécessité, selon le porte-parole. Ainsi, entre le 3 et le 16 janvier, « donc avec Omicron dominant, le risque de décès était diminué de trois fois pour une personne âgée de plus de 65 ans (soit parmi les plus fragiles, NDLR) vaccinée avec deux doses et de 19 fois avec une dose de rappel », a-t-il exposé. « Il est donc très clair que la vaccination protège mais que la dose de rappel est essentielle et peut avoir un effet majeur sur les formes les plus sévères de la pathologie. »

Interrogé sur l’utilité d’une dose « booster » après une infection récente au Covid, Yves Van Laethem a expliqué que celle-ci « allait jouer un effet rappel mais variable d’un patient à l’autre et difficile à estimer » en raison d’un manque d’outils fiables pour mesurer les anticorps. « C’est pourquoi la Belgique, comme de nombreux autres pays, continue de recommander l’administration d’un rappel deux semaines après un test positif ou une guérison. »

Par ailleurs, le porte-parole a tenu à souligner la pression que l’épidémie continuait d’exercer sur les hôpitaux. En effet, outre les 255 admissions en moyenne par jour de personnes atteintes du Covid-19, s’ajoutent environ 158 patients admis par jour dans un établissement hospitalier et qui sont testés positifs au coronavirus à leur arrivée. Ces derniers n’entrent donc pas à l’hôpital à cause d’une infection au Covid-19 mais pour une autre raison – attaque cardiaque, accouchement, fracture… Ils « pèsent » néanmoins « sur le fonctionnement du système hospitalier » car ils nécessitent des précautions supplémentaires de la part du personnel soignant. D’autant plus que tant les admissions en raison du Covid que celles avec un test positif au coronavirus s’affichent en augmentation, de l’ordre de 80 %. Un dépistage est effectué pour toute entrée à l’hôpital.