Abonnez-vous au journal de votre région et recevez en cadeau une montre connectée Samsung Galaxy Watch4 ou un robot multifonction Domo

Elio Di Rupo revient sur le dernier Comité de concertation: «Les gens en ont marre, il faut les écouter»

Elio Di Rupo revient sur le dernier Comité de concertation: «Les gens en ont marre, il faut les écouter»
News

Ouf, on y est arrivé, mais cela semble avoir été compliqué ?

La volonté du Premier ministre était depuis belle lurette d’établir un baromètre, mais c’est quelque chose de compliqué. Comment prévoir les mesures nécessaires à y associer pour quelque chose d’imprévisible ? Avec ce virus et avec Omicron, on oscille entre inquiétude et optimisme. Il y a un espoir avec ce dernier variant, mais cela n’a rien de scientifique. Pour l’instant, on est en phase rouge car les hospitalisations s’affolent, mais pas l’occupation de lits en soins intensifs.

Rien ne vous chagrine dans ce baromètre ? Qu’auriez-vous changé si vous aviez pu ?

J’aurais peut-être travaillé avec des éléments additionnels comme la ventilation qui est, cette fois, plus une recommandation qu’une obligation. Mais je ne suis pas chagriné. À l’avenir, il faudra revoir la question de l’hospitalisation qui est plus importante que la capacité d’absorption des lits en soins intensifs.

Il y a quand même eu des assouplissements. Il a fallu lutter pour les obtenir ?

Oui et c’est très important. Il fallait alléger. Le Commissariat corona avait mis au point un baromètre plus sévère, mais les gens en ont marre, il faut les écouter ; la culture aussi, qui veut revivre. Il faut tenir compte de cela. C’est aussi pour cela que je ne voulais pas d’un outil automatique mais de quelque chose qui soit une aide à la décision. En parlant d’allégements, par exemple pour le secteur culturel, une salle de 200 places peut être remplie au maximum de sa jauge avec le seul port du masque. Même en zone rouge, on pourra aller jusque 70 % pour les salles plus grandes et s’il y a une ventilation et que le taux de CO2 émis reste aux environs des 900 ppm, on peut la remplir à 100 % de la jauge également. Cela pourrait être 80 % en phase orange. Pour l’Horeca, on recule l’heure de fermeture de 23h à minuit, c’est un signe d’encouragement. Notre espoir est d’aller plus loin. On se reverra dans trois semaines pour évaluer la situation. On va voir comment se comporte le variant, mais on espère avoir plus d’allégements.

Notre sélection vidéo