«J’ai fait une tentative de suicide pour rejoindre ma maman»: Nicoletta, les blessures de sa vie

«J’ai fait une tentative de suicide pour rejoindre ma maman»: Nicoletta, les blessures de sa vie
FTV/Tiziano Da Silva/Bestimage

L’émotion risque une nouvelle fois d’être de mise dans « La boîte à secrets » de Faustine Bollaert, notamment avec la présence de Nicoletta. L’interprète de « Mamy Blue », c’est plus de cinquante ans de carrière, un tempérament de feu et une pléthore de tubes, de « L’homme à la moto » à « Il est mort le soleil », en passant par « La musique ». À 77 ans, sa voix rauque et puissante demeure incomparable, comme on a pu s’en rendre compte sur son dernier album, « Amours & Pianos », où elle réinterprète douze de ses chansons en version piano-voix.

Mais derrière cette carrière phénoménale se cachent aussi certains drames. Des épreuves sur lesquelles elle est revenue dans son autobiographie, « Soul Sister », sortie l’an dernier. Et parmi les blessures, celles liées à ses origines. « Ma maman, Jeanne, souffrait d’un retard mental », explique la chanteuse, qui n’a appris qui était son père qu’à l’âge de 8 ans. « Mon géniteur, lui, résidait à dix mètres de chez moi. Il connaissait ma mère, elle a dit oui, il ne l’a pas forcée. On était séparés uniquement par un jardin. J’ai vite pris conscience qu’elle n’était pas une mère comme les autres, avec l’esprit d’une enfant dans le corps d’une jeune fille. Mon père ne m’a pas reconnue. À l’école, j’ai subi des humiliations qui ont forgé mon caractère. J’ai dû apprivoiser mes douleurs et apprendre à éclore. Ma mère était comme une enfant, toujours heureuse. Heureux les simples d’esprit. »

Autant dire que la mort de sa maman, lorsque Nicoletta n’a que 20 ans, sera une tragédie pour elle, la poussant à commettre une tentative de suicide. « Ce fut le plus gros choc de ma vie », écrit-elle. « Sa mort, je l’ai vécue comme la pire des injustices : elle s’en allait à 40 ans, après avoir été moquée toute sa vie. Ce jour-là, j’ai eu honte de moi. J’ai encore le sentiment de l’avoir abandonnée pour vivre ma vie. » Après avoir assisté à l’enterrement, Nicoletta craque et veut mourir. « J’ai fait une tentative de suicide pour la rejoindre. Je suis restée huit jours dans le coma. » Et c’est là qu’elle va connaître une expérience de mort imminente. « Je me suis vue collée au plafond de la chambre et mes yeux contemplaient mon corps transporté d’un chariot à un lit par trois infirmiers. Je fus subitement attirée par une merveilleuse lumière verte incandescente qui illuminait un très long tunnel. Le flash s’arrêta et je me réveillai, quelques jours plus tard, en me demandant ce que je faisais là, dans cet hôpital. »

Le rôle de sa grand-mère

Mais une autre femme a occupé une place prépondérante dans la vie de Nicoletta : sa grand-mère. « Elle a toujours été fière de moi, m’inscrivant à plein d’activités comme la natation, la gymnastique, le théâtre. Elle m’a fait confiance. Elle m’a libérée à 18 ans, m’offrant une vraie émancipation. Ce qui était exceptionnel pour l’époque. Des amis de ma grand-mère m’ont rapporté ce qu’elle disait à mon égard : Ne vous inquiétez pas pour elle, cela va bien se passer ! Cette confiance, c’est beau. »

« La boîte à secrets », 28 janvier, 21h10, France 3.

Notre sélection vidéo