Abonnez-vous au journal de votre région et recevez en cadeau une montre connectée Samsung Galaxy Watch4 ou un robot multifonction Domo

Les Jeunes MR veulent que l’endométriose soit reconnue: pour le Dr Godin, la maladie peut entraîner d’importantes cicatrices psychologiques

Les Jeunes MR veulent que l’endométriose soit reconnue: pour le Dr Godin, la maladie peut entraîner d’importantes cicatrices psychologiques
Lifestock

Une femme sur 10 en souffre. L’endométriose est plus présente qu’on ne le croit. Et si on commence à en parler de plus en plus, cette maladie gynécologique – qui a notamment pour conséquences des règles douloureuses – reste encore aujourd’hui trop peu connue. « Les choses avancent quand même pas mal, notamment grâce à la France et aux vedettes qui ont découvert qu’elles en étaient atteintes et qui en ont parlé », commente le Dr Godin, directeur et fondateur du Centre Liégeois d’Endométriose (CLE). « Je suis très content de voir comment ça évolue mais la marge de progression est encore énorme. »

➜Aujourd’hui, l’endométriose n’est toujours pas reconnue comme une maladie au niveau politique.

Règles douloureuses, les problèmes de fertilité, les troubles pendant les rapports… « Tout ça fait que les femmes se sentent atteintes dans leur féminité. Vous savez, quand les rapports sont douloureux, l’idée même d’une pénétration devient insupportable. »

➜ Dernièrement, les Jeunes MR ont relancé le débat d’une reconnaissance politique. Voici notre article en intégralité sur ce qu’ils proposent.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo