La Francodyssée sur Vivacité: ce samedi, cap sur la Baie de Somme (photos)

Photos
© DR
© DR

Située sur le littoral de la Picardie, la Baie de Somme est en réalité un fleuve côtier qui s’étend de la pointe du Hourdel à celle de Saint-Quentin-en-Toumont. Cette région qui dispose d’une grande richesse écologique est fort appréciée pour son paysage naturel très changeant. Parfois rappelant les Canaries avec ses plages de sable fin, parfois évoquant des paysages nordiques avec ses forêts de pins, c’est un véritable paradis que les gens du coin affectionnent particulièrement.

C’est en compagnie d’Henri Sannier, maire de la commune d’Eaucourt-sur-Somme, mais aussi et surtout journaliste sportif et présentateur télé, que je débute la découverte de cette région. C’est à Saint-Valery, ville médiévale située sur l’embouchure sud de la Somme, qu’Henri me parle de son attachement au pays. Défenseur de la nature et amateur d’activités sportives, pour lui, la Baie est un endroit idéal pour se ressourcer et évacuer le stress. Depuis tout jeune il y vit et malgré sa carrière médiatique, il n’a jamais pu se résoudre à quitter son pays.

De l’autre côté de l’estuaire, sur la rive droite, je découvre le Crotoy. Toute aussi connue que Saint Valery, cette ville portuaire est la seule partie de la Baie située plein Sud. Très vite, je remarque sur une petite place face à la plage un superbe bâtiment couleur saumon : l’hôtel des Tourelles. Sur le point d’être rasé dans les années 90, c’est un groupe d’amis belges qui ont racheté l’établissement pour le transformer en lieu convivial, accessible à tous et offrant une vue imprenable sur le fleuve. Un endroit idyllique à ne pas manquer et où l’on peut déguster de délicieuses croquettes aux crevettes, histoire de retrouver un petit goût de chez nous.

Le Crotoy, c’est aussi le point de départ du parcours pédestre proposé par Arnaud Lengignon à travers la Baie. Cet enfant du pays est, depuis une vingtaine d’années, guide nature en Baie de Somme et propose une balade de trois heures qui traverse de bout en bout, l’estuaire pour faire voyager les touristes à la découverte de la faune et de la flore propres à cet environnement atypique. Attention aux téméraires qui voudraient se lancer seuls à l’aventure, la marée arrive aussi vite qu’un cheval au galop ! Il est donc primordial de se renseigner sur les heures de marées avant de partir.

Comme pour tout territoire maritime, la plupart de ses habitants connaissent la pêche. C’est au pied du phare de la pointe du Hourdel que j’ai eu la chance de croiser deux pêcheurs qui pratiquent leur activité de manière totalement différente. Reinette travaille à marée basse, c’est une pêcheuse à pied. Quand l’eau se retire de la Baie, elle la parcourt à la recherche de coques, verres, mais aussi de nombreuses plantes maritimes comme la salicorne, les pompons ou les oreilles de cochon. Gérard, quant à lui, c’est sur l’eau qu’il se déplace. Il capture des crevettes, coquilles Saint-Jacques et différentes sortes de poissons. Même s’ils ne se croisent que rarement dans la Baie, tous deux se connaissent et contribuent à alimenter de nombreux restaurants de la région en produits locaux.

Un peu plus vers le Nord, je suis partie à la rencontre des Hensons. Cette race chevaline française née dans la région est issue d’un subtil mélange de Fjords (poneys norvégiens) et de chevaux de selle. Réputés très gentils et idéaux pour tout type de cavaliers, ils sont depuis 2003 reconnus par les Haras nationaux. Le centre équestre de Marquenterre, berceau du cheval Henson, propose aux curieux de nombreuses randonnées, parfaites pour découvrir la Somme autrement. Le domaine se situe en bordure du Parc ornithologique du Marquenterre, où Philippe Carruette vous fera partager sa passion des oiseaux avec plaisir et en toute saison.

Pour encore plus d’aventures, retrouvez-moi avec Philippe Delmelle et toute l’équipe de Grandeur Nature cet après-midi de 16h à 18h sur Vivacité depuis la Baie de Somme.

Notre sélection vidéo