En ce momentCorruption au Parlement européenMercato Accueil Sports Football Football belge

Herman Van Holsbeeck libéré: «Un énorme soulagement»

L’ancien manager du Sporting d’Anderlecht avait été privé de liberté suite à de nouveaux éléments dans le dossier « Henrotay » pour lequel il avait été inculpé en 2019.

La chambre des mises en accusation de Bruxelles a décidé, ce mercredi après-midi, de libérer sous conditions l’ancien manager d'Anderlecht Herman Van Holsbeeck (67 ans). Le sexagénaire avait été privé de liberté le 18 janvier dernier par le juge d’instruction Michel Claise après avoir été inculpé de blanchiment, fraude fiscale, corruption privée et association de malfaiteurs dans le dossier « Henrotay ». Il avait déjà été inculpé dans ce dossier en 2019 sans être placé sous mandat d’arrêt, mais ce sont « des éléments neufs », avait précisé le parquet fédéral, qui auraient conduit à de nouvelles inculpations et à son incarcération.

Les conseils de l’ex homme fort d’Anderlecht, Me Spreutels et Me Wilmotte, avaient déjà sollicité sa remise en liberté le 24 janvier dernier lors de son passage devant la chambre du conseil de Bruxelles. Celle-ci avait confirmé le mandat d’arrêt. En appel de cette ordonnance de maintien en détention, les avocats ont notamment souligné la précarité de l’état de santé du sexagénaire, qui avait été, la veille de son interpellation, ramené d’Espagne avec une assistance médicale après une hospitalisation de plusieurs jours. « Nous étions réellement inquiets, ses proches craignaient un accident de santé en détention et la décision qui vient de tomber est un grand soulagement pour tous », confie Me Wilmotte. Herman Van Holsbeeck a, parmi les conditions qui lui sont imposées, l’obligation de ne pas parler du dossier avec les autres personnes impliquées : « il est inculpé depuis deux ans et demi dans cette affaire, il ne l’a jamais fait durant tout ce temps et il ne le fera pas », précisent ses conseils. Il devra également rester à disposition de la justice : « et il l’a toujours été, livrant des dizaines d’heures d’audition et s’expliquant sur tout ce qui lui était demandé », ajoutent-ils.

L’arrêt de la chambre des mises en accusation précise qu’Herman Van Holsbeeck reconnaît -et ce sont là les « éléments neufs »- avoir reçu, de la part d’agents de joueurs, deux montres Rolex, une montre Omega et une montre Hublot. Il a également admis le fait d’avoir reçu des cadeaux de luxe et d’avoir été invité par Christophe Henrotay, en jet privé, « pour assister dans un appartement loué pour la circonstance au Grand-Prix de Monaco et avoir passé la nuit sur un yacht de luxe. » Des explications ont été livrées pour chacun de ces points, précisent ses avocats, qui s’offusquent qu’une partie de cette décision rendue à huis-clos ait été si vite connue des médias. « Ce ne sont pas des preuves de corruption, le client n’a en rien été influencé dans ses décisions, ajoute Me Wilmotte. Par ailleurs, être invité à un anniversaire par quelqu’un de fortuné n’a rien de répréhensible. »

de videos

Herman Van Holsbeeck peut donc quitter la prison de Saint-Gilles, un établissement pénitentiaire parmi les plus vétustes du pays. Son arrestation reste, aux yeux de ses avocats, peu compréhensible : « à 67 ans, il n’a pas le moindre antécédent, pas même de roulage. Il n’a jamais eu affaire à la justice de toute sa vie… Qu’on lui puisse lui poser des questions, oui. Mais de là à l’envoyer en prison, cela reste interpellant », commente Me Wilmotte.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Aussi en Football belge

Voir plus d'articles