Maxime («Koh-Lanta, le totem maudit»): «Ma petite amie vit à Bruxelles»

Maxime («Koh-Lanta, le totem maudit»): «Ma petite amie vit à Bruxelles»
TF1

Jusqu’à présent, votre équipe enchaîne les victoires sur les épreuves d’immunité. Quel est votre secret ?

Je ne considère pas mon équipe comme une somme d’individualités, mais comme un esprit de groupe né dès la toute première épreuve d’immunité. Nous n’étions pas les favoris, mais nous avons privilégié une stratégie réfléchie et intelligente où chacun s’est fait confiance. Sur le camp, nous nous entendons très bien, nous communiquons beaucoup.

En qui avez-vous confiance ?

Pour ma part, je me sens proche de Colin, de Fouzi et d’Alexandra. Nous abordons la survie de la même façon. Colin a envie de faire mille choses sur le camp, ce qui apporte un vrai dynamisme.

À quelles difficultés êtes-vous confrontés lors de ces premières journées ?

Les premiers jours, on ne mange que de la noix de coco. Même si l’énergie est encore là, c’est très peu nourrissant. Faire du feu est impossible compte tenu des fortes pluies auxquelles on fait face.

Et les nuits ?

Je ne dors pas, tellement je suis excité par cette aventure. À chaque fin de journée, je me refais le film des dernières heures passées sur l’île en me répétant : « C’est incroyable ce qu’il m’arrive. »

Comprenez-vous l’abandon-surprise de Franck ?

Non. Surtout que, dans son discours, c’était un gros dur qui avait tout vu.

Qui vous a donné ce goût de l’aventure ?

Mon grand-père et mon père ont toujours voulu voir ce qu’il se cachait au bout du chemin. Quand je pars en vacances, je prends mon billet d’avion aller, mon billet d’avion retour et je ne prévois rien d’autre. C’est souvent dans l’avion que je réfléchis où je passerai mes premières nuits.

Avez-vous déjà été confronté à un danger dans l’un de vos périples ?

Il y en a eu beaucoup : j’ai été notamment pris dans une tempête de neige en Islande, j’ai été coincé par la montée d’eau d’un fleuve au Costa Rica, je me suis baigné au Brésil parmi les piranhas sans le savoir…

Vous partagez votre vie entre Paris et Bruxelles. Pourquoi ?

Je travaille à Paris et j’habite 50-50 entre Paris et Bruxelles. Je suis plusieurs jours par semaine en Belgique, où vit ma copine. Nous nous sommes rencontrés il y a six ans. Notre histoire d’amour a démarré et s’est construite dans un premier temps à distance, car nous nous sommes rencontrés en vacances.

Quels lieux bruxellois fréquentez-vous ensemble ?

Ma copine m’a tout fait découvrir. On se promène souvent aux étangs d’Ixelles, sur la place Flagey, au bois de la Cambre… Je suis déjà allé à Bruges, à Liège.

« Koh-Lanta, le totem maudit », mardi 8 mars, 21h10, TF1.