Abonnez-vous au journal de votre région et recevez en cadeau une montre connectée Samsung Galaxy Watch4 ou un robot multifonction Domo

Alexander De Croo sur la guerre en Ukraine: «La situation humanitaire est grave, même pour le président Poutine il y a des règles à respecter»

Vidéo
Alexander De Croo sur la guerre en Ukraine: «La situation humanitaire est grave, même pour le président Poutine il y a des règles à respecter»
Belga image

Sur les ondes de la radio publique, Alexander De Croo a évoqué la situation en Ukraine. Le Premier ministre a réaffirmé que la Belgique ne prenait pas part à cette guerre. « L’Ukraine n’a pas choisi cette guerre. Chaque pays a le droit de défendre son territoire, ça se trouve dans toutes les conventions. Et donc, quand un pays demande d’avoir un support à d’autres pays, c’est normal qu’on puisse le faire sans faire partie de cette guerre-là », a-t-il déclaré sur La Première.

« D’un autre côté, la situation est tellement grave. Même pour le président Poutine, dans la guerre il y a des règles à respecter, notamment pour préserver les civils », a-t-il ajouté. « D’un point de vue de l’Otan, la priorité absolue c’est de défendre nos frontières. D’ailleurs la Belgique envoie des militaires en Roumanie dans cette optique. Je suis convaincu que cette guerre s’arrêtera toujours avec de la diplomatie, avec des gens qui se parlent ».

Mais le Premier ministre insiste : « La priorité c’est l’humanitaire »

La crise ukrainienne fait évoluer la réflexion sur la sortie du nucléaire

Le Premier ministre Alexander De Croo a également souligné lundi combien la situation avait évolué en matière d’approvisionnement énergétique - notamment en raison de l’invasion russe en Ukraine - depuis l’accord conclu le 23 décembre dernier par les sept partis de la Vivaldi sur une possible sortie du nucléaire.

«La situation actuelle est bien différente que lorsqu’on a pris la décision fin décembre» - quand le gouvernement fédéral avait fixé aux alentours du 18 mars l’échéance pour une décision de fermeture définitive de toutes les centrales nucléaires d’ici 2025 ou la prolongation des deux réacteurs les plus récents, Tihange 3 et Doel 4 -, a affirmé M. De Croo (Open Vld) lors de l’émission Matin Première de la RTBF-radio.

«Fin décembre, on avait dit: on va regarder les deux éléments qui sont dans l’accord gouvernemental (la sécurité d’approvisionnement énergétique et les prix de l’énergie, NDLR). On avait ajouté en décembre comme facteur le contexte géopolitique», a-t-il ajouté.

Après l’invasion russe en Ukraine, «la situation géopolitique a forcément complètement changé», a souligné le chef du gouvernement fédéral. Il a rappelé que si la Russie joue un rôle majeur sur le marché européen du gaz, il est un fournisseur «pas très important» pour la Belgique.

L’interview complète en vidéo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo