Sophie Marceau («I Love America»): «Il y a eu beaucoup de larmes sur le tournage»

Exclusif
Sophie, aux côtés de la réalisatrice Lisa Azuelos et de son partenaire de jeu, Djanis Bouzyani.
Sophie, aux côtés de la réalisatrice Lisa Azuelos et de son partenaire de jeu, Djanis Bouzyani. - Prime Video

C’est la troisième fois que vous tournez avec Lisa Azuelos, qu’est-ce qui vous plaît chez elle ?

C’est la personne qu’elle est. On ne se ressemble pas forcément, on a eu des vies totalement à l’opposé, mais on est de la même génération et on sait toutes les deux à quel point c’est difficile aujourd’hui d’être une femme autrement que d’être une femme concernée. Qu’est-ce que c’est d’être une femme dans la société ? Lisa aborde le sujet de façon très personnelle, et en même temps universelle. Elle me touche, et ce film-ci particulièrement.

Pourquoi ne pas l’avoir défendu comme un biopic ?

Peut-être par pudeur. Quand on est connu comme « enfant de », on fait partie du monde public et, forcément, Marie Laforêt, c’est très évocateur, très fort. Lisa ne voulait probablement pas que ça déborde du film. Elle n’a pas raconté l’histoire de sa mère, mais la sienne.

Ce film lui a-t-il fait du bien, à titre personnel ?

Je sais qu’il y a eu beaucoup de larmes sur le tournage. Elle était très à vif, très connectée… et je pense qu’elle avait besoin de cette connexion, qu’elle n’a pas eue avec sa maman de son vivant, ce dont elle a énormément souffert. Le manque était encore très présent et, quelque part, il y avait comme une intuition. Elle a presque écrit ce scénario avant la mort de sa mère. Parce que leur relation était compliquée, c’est un peu comme une libération de ne plus avoir à la gérer. Au final, il ne restera que les bonnes choses.

Comme Lisa, l’envie de recommencer une nouvelle vie « loin d’ici » vous a-t-elle déjà traversé l’esprit ?

Pas du tout. J’aime le monde, je l’ai beaucoup exploré, mais je ne me vois pas tout quitter. J’admire ceux qui osent le faire. Moi, je suis plus grégaire. Je me suis exilée pas mal, j’ai vécu en Amérique, en Angleterre et en Pologne, et des longs moments par-ci, par-là pour les tournages. Et c’était super ! Mais je n’ai pas cet appel de l’ailleurs.

Retrouvez l’intégralité de l’interview de Sophie Marceau dans le Ciné-Télé-Revue sorti ce jeudi 10 mars.

« I Love America », disponible sur Prime Video.

Notre sélection vidéo