«Parallèles»: le «Stranger Things» à la française débarque sur Disney+

«Parallèles»: le «Stranger Things» à la française débarque sur Disney+
Disney+

Entre deux séries « Star Wars » ou Marvel, Disney+ commence à sortir des productions françaises réalisées spécialement pour la plateforme de streaming du studio aux grandes oreilles. Après « Week-end family », avec Eric Judor, on découvre cette fois « Parallèles », une série fantastique qui explore notamment le multivers, ces univers parallèles qui font la loi dans les productions Marvel. Le pitch ? Quatre ados voient leur vie bouleversée lorsqu’à la suite d’un événement inattendu, ils se retrouvent plongés dans des réalités parallèles. L’un d’eux est même désormais devenu adulte. Ils tentent alors de retrouver leur vie d’avant…

Une bande de copains confrontés à des phénomènes paranormaux, ça ne vous rappelle rien ? « Stranger Things », évidemment. Même si l’intrigue en elle-même n’a rien à voir, on sent que « Parallèles » marche dans les traces de la série-phénomène de Netflix. « C’est vrai que le côté bande d’amis est un peu le même, tout comme les cachotteries qu’ils font à leurs parents, mais je pense que les similitudes s’arrêtent là », nous confie Thomas Chomel, qui campe un des quatre héros et qu’on a découvert dans la série « Clem », où il interprète le fils de l’héroïne.

Peu d’effets spéciaux

Bon, on ne va pas se mentir, si la série repose sur une intrigue originale, on ressent quand même le manque de moyens. Ce n’est clairement pas une superproduction US. « En France, il y a une approche différente des Américains dans la façon d’aborder le fantastique », défend Thomas Chomel. « On s’intéresse davantage aux personnages qu’aux effets spéciaux. On approfondit plus ce que pensent les héros, leur personnalité, ce qu’ils ressentent. Si c’est pour faire juste des effets spéciaux, les Américains le font mieux. De façon globale, je ne vois pas ça comme une série Disney habituelle. On a notamment pu apporter notre touche dans la façon dont les héros s’expriment, pour avoir des expressions de jeunes. Dès le casting, le réalisateur m’a dit d’oublier le texte, de faire de l’impro. Et ça a été à peu près pareil sur le tournage. On avait pas mal de libertés sur les textes. J’ai 19 ans et je sais forcément mieux comment s’exprime un ado qu’un scénariste de 45 ans. C’est cool. »

Le feuilleton aborde notamment, en filigrane, la difficulté de communiquer entre parents et enfants. « C’est en particulier le cas du personnage de mon petit frère, qui a des difficultés avec ses parents. Quant à mon personnage, Samuel, il a d’habitude du mal à exprimer ce qu’il ressent et à être honnête avec ses sentiments, et tout se retrouve chamboulé au moment où il allait embrasser la fille qu’il aime. »

Reste à voir désormais si une saison 2 est envisagée. « Tout est possible. À partir du moment où on explore des univers parallèles et qu’on se pose la question du Et si les choses s’étaient passées différemment ?, on peut tout imaginer ! »

« Parallèles », disponible sur Disney+.

Notre sélection vidéo