Abonnez-vous au journal de votre région et recevez en cadeau une montre connectée Samsung Galaxy Watch4 ou un robot multifonction Domo

Guerre en Ukraine: retrouvez toutes les informations de ce lundi 18 avril

Direct
Guerre en Ukraine: retrouvez toutes les informations de ce lundi 18 avril

Retrouvez toutes les informations de ce lundi

21h49 : L’offensive russe dans l’est de l’Ukraine « a commencé »

L’offensive des troupes russes contre l’est de l’Ukraine « a commencé », a affirmé lundi le gouverneur ukrainien de la région de Lougansk, Serguiï Gaïdaï.

« C’est l’enfer. L’offensive a commencé, celle dont on parle depuis des semaines », a-t-il déclaré sur Facebook. « Il y a des combats à Roubijné et Popasna, des combats incessants dans d’autres villes pacifiques », a-t-il affirmé, peu après avoir annoncé sur Telegram la mort de quatre civils à Kreminna, une ville prise lundi par les Russes.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a également annoncé le début de l’offensive russe contre l’est de l’Ukraine, dont une partie est aux mains des séparatistes prorusses et où les combats meurtriers se sont intensifiés.

« Nous pouvons maintenant affirmer que les troupes russes ont commencé la bataille pour le Donbass, pour laquelle ils se préparent depuis longtemps. Une très grande partie de l’ensemble de l’armée russe est désormais consacrée à cette offensive », a-t-il déclaré dans un discours retransmis sur Telegram.

21h47 : Les autorités signalent de nouveaux bombardements à Kharkiv

La Russie a de nouveau effectué des bombardements sur la ville de Kharkiv, dans le nord-est de l’Ukraine, rapporte les autorités locales.

Selon le bureau du procureur régional, un missile a frappé lundi matin une aire de jeux pour enfants dans un quartier résidentiel. Un homme et une femme ont été tués et plusieurs bâtiments environnants ont été endommagés.

Le directeur d’un centre médical, Viktor Zabashta, a déclaré à l’agence de presse ukrainienne Interfax-Ukraine que les Russes avaient également bombardé un centre de distribution d’aide humanitaire. Une personne a été tuée et six autres blessées.

Lundi soir, le gouverneur de la province de Kharkiv, Oleh Synjehoebov, a confirmé que trois personnes avaient été tuées dans les bombardements. Selon lui, 15 personnes au total ont également été blessées, dont un adolescent de 14 ans.

Dimanche, des bombardements sur la ville de Kharkiv avaient fait six morts, tandis que trois autres personnes ont été tuées dans la province. Vingt-quatre personnes ont également été blessées.

20h23 : Les nouvelles armes américaines pour l’Ukraine commencent à arriver

Les premières cargaisons de la nouvelle tranche d’aide militaire américaine pour l’Ukraine sont déjà arrivées aux frontières du pays pour être remises à l’armée ukrainienne, a indiqué lundi un haut responsable du Pentagone.

« Quatre vols sont arrivés des États-Unis hier dans la région, avec divers équipements », a annoncé ce responsable ayant requis l’anonymat.

Un cinquième vol devrait arriver dans les prochaines 24 heures, « ce qui fera cinq vols en autant de jours » depuis que la nouvelle tranche de 800 millions de dollars d’aide militaire à l’Ukraine a été annoncée mercredi par le président Joe Biden, a-t-il souligné.

Des militaires américains déployés sur le flanc est de l’Otan depuis le début de l’invasion russe commenceront « dans les prochains jours » à former des militaires ukrainiens au maniement des canons M777 Howitzer, les pièces d’artillerie de dernière génération que les États-Unis ont décidé de remettre pour la première fois à l’armée ukrainienne.

19h50 : Zelensky espère obtenir le statut de candidat à l’UE en « quelques semaines »

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a dit lundi espérer obtenir pour son pays « dans les semaines à venir » le statut de candidat à l’adhésion à l’Union européenne, remerciant Bruxelles de sa rapidité.

Au cours d’une rencontre à Kiev, M. Zelensky a transmis à l’ambassadeur de l’UE en Ukraine, Matti Maasikas, deux volumineux dossiers constituant la demande d’entrée dans l’UE.

« Notre peuple est, en son for intérieur, déjà mentalement en Europe depuis longtemps. Malgré tout, chaque pays doit suivre cette procédure », a-t-il poursuivi.

Habituellement, l’obtention du statut de candidat à l’UE « prend des années » mais Bruxelles « nous a vraiment donné l’opportunité d’engager cette procédure d’ici à quelques semaines ou mois ».

« Nous sommes véritablement convaincus que cette procédure sera enclenchée dans les semaines à venir », a assuré le président, estimant que ce serait là « un signal important » pour l’amitié entre Kiev et Bruxelles. « Nous sommes persuadés que nous serons soutenus dans ce travail ».

Selon lui, « les Ukrainiens sont unis derrière cet objectif : se sentir les égaux des autres Européens, faire partie de l’Union européenne ».

19h10 : La Russie affirme avoir détruit un important dépôt d’armes étrangères près de Lviv

L’armée russe a affirmé lundi soir avoir détruit avec des « missiles de haute précision » un important dépôt d’armes étrangères livrées récemment à l’Ukraine, près de Lviv (ouest).

Les avions russes ont effectué dans la matinée une frappe contre un centre logistique des forces ukrainiennes, a indiqué le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov. « Le centre logistique et d’importants lots d’armements étrangers, livrés à l’Ukraine durant les six derniers jours par les États-Unis et des pays européens, qui y étaient stockés, ont été détruits », selon la même source.

18h52 : L’UE condamne les bombardements aveugles contre des civils menés par la Russie

L’Union européenne a condamné lundi les frappes de missiles et les bombardements aveugles et illégaux contre des civils menés par la Russie en Ukraine et a dénoncé des crimes de guerre.

« L’UE condamne la poursuite des bombardements aveugles et illégaux de civils et d’infrastructures civiles par les forces armées russes (…) Il ne peut y avoir d’impunité pour les crimes de guerre », a affirmé le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell dans une déclaration publiée à Bruxelles après les frappes contre la ville de Lviv, dans l’Ouest du pays.

17h21 : Poutine honore une brigade accusée par l’Ukraine des exactions de Boutcha

Le président russe a décerné lundi un titre honorifique au titre de « l’héroïsme » à la 64e brigade de fusiliers motorisés, que l’Ukraine a accusé d’avoir participé aux exactions commises à Boutcha, près de Kiev.

Vladimir Poutine a signé, selon le Kremlin, un décret accordant le « titre honorifique de +Garde+ » à cette brigade du fait de l’« héroïsme et de la ténacité, la détermination et le courage » de ses hommes.

« Les actions habiles et décisives de tout le personnel (de la brigade) lors de l’opération militaire spéciale en Ukraine sont un modèle d’exécution du devoir militaire, de courage, de détermination et de grand professionnalisme », a écrit M. Poutine à l’adresse des militaires.

Le Kremlin n’indique pas où ces hommes sont ou ont été déployés ni ne précise leurs missions.

L’Ukraine a accusé l’armée russe et notamment la 64e brigade en question d’avoir commis un massacre de civils à Boutcha, découvert après le retrait des soldats russes le 30 mars.

La Russie dément et a accusé de son côté les autorités ukrainiennes et les médias occidentaux d’avoir mis en scène le massacre, ou les forces ukrainiennes de l’avoir commis pour en accuser Moscou.

14H52 : Plus de 1.000 médecins allemands prêts à aider l’Ukraine

Plus de 1.100 médecins allemands se sont proposés pour un déploiement en Ukraine ou dans un pays voisin pour y aider la population et les blessés de guerre, selon l’association allemande de médecins.

À la suite d’un appel lancé par leur association professionnelle, les médecins allemands étaient invités à s’inscrire sur un site en ligne pour afficher leur disponibilité à aider le peuple ukrainien, soumis à une invasion de l’armée russe depuis le 24 février dernier.

Selon Klaus Reinhardt, président de l’association des médecins allemands, des contacts sont actuellement en cours avec le ministère allemand des Affaires étrangères, mais aussi celui de la Santé, de même que l’ambassade ukrainienne en Allemagne et d’autres ambassades de pays limitrophes pour étudier la manière dont ces médecins volontaires pourraient y être déployés.

« Dès que le gouvernement nous informera d’un besoin de médecins dans le cadre de missions humanitaires internationales, nous serons en mesure de fournir suffisamment de médecins », se félicite M. Reinhardt.

Dans un message sur Twitter, le ministre allemand de la Santé, Karl Lauterbach a précisé : « Nous faisons tout notre possible pour envoyer ces médecins-là où ils peuvent aider sans mettre de manière irresponsable leur vie en danger ».

14H18 : Plus de 4,9 millions d’Ukrainiens ont fui l’Ukraine, selon l’Onu

Plus de 4,9 millions d’Ukrainiens ont fui leur pays 54 jours après l’invasion ordonnée par le président russe Vladimir Poutine le 24 février, selon les chiffres publiés lundi par le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés.

Le HCR recensait lundi exactement 4.934.415 réfugiés ukrainiens, soit 65.396 de plus que lors du précédent pointage dimanche.

Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), environ 215.000 non-Ukrainiens ont également fui le pays, rencontrant parfois des difficultés à rentrer dans leur pays d’origine.

Ces ressortissants de pays tiers ayant fui l’Ukraine – des personnes n’étant citoyennes ni d’Ukraine ni du pays dans lequel elles sont entrées – sont pour la plupart des étudiants et des travailleurs migrants.

L’Europe n’a pas connu un tel flot de réfugiés depuis la Deuxième Guerre mondiale.

Quelque 90 % de ceux qui ont fui l’Ukraine sont des femmes et des enfants, les autorités ukrainiennes n’autorisant pas le départ des hommes de 18 à 60 ans, en âge de porter les armes.

L’OIM estime aussi à 7,1 millions le nombre de déplacés à l’intérieur du pays.

Les gardes frontières polonais faisaient état lundi d’un nombre actuellement plus important d’Ukrainiens rentrant au pays que ceux le fuyant.

13H46 : Réouverture de l’ambassade d’Italie à Kiev

L’ambassade d’Italie en Ukraine, transférée en mars de Kiev à Lviv (ouest) pour raisons de sécurité, a rouvert lundi dans la capitale, a-t-on appris de sources concordantes.

Dans le sillage d’autres pays occidentaux, Rome avait décidé début mars de fermer son ambassade à Kiev « compte tenu de la détérioration de la situation sécuritaire ».

Le chef de la diplomatie italienne Luigi Di Maio avait indiqué vendredi que l’ambassadeur Pier Francesco Zazo était arrivé à Kiev et que la représentation italienne serait « de nouveau pleinement opérationnelle dès lundi ».

« C’est le symbole d’une Italie qui ne perd pas de temps, qui ne cesse de croire dans la diplomatie et recherche constamment la paix », a-t-il ajouté.

Sur son site, l’ambassade souligne que ses services restent limités à l’assistance aux entreprises, aux ressortissants italiens et à l’émission de titres de voyage d’urgence. Les demandes de visa demeurent suspendues.

12H35 : L’Ukraine publie une vidéo d’un proche de Poutine arrêté, demandant à être échangé

L’Ukraine a publié lundi la vidéo d’un proche arrêté de Vladimir Poutine demandant à être échangé contre les soldats et civils de la ville assiégée de Marioupol, la télévision publique russe diffusant pour sa part des vidéos de deux prisonniers britanniques demandant à Londres de négocier leur libération.

« Je veux m’adresser au président russe Vladimir Poutine et au président ukrainien Volodymyr Zelensky avec la demande de m’échanger par la partie ukrainienne contre les défenseurs de Marioupol et ses habitants », a déclaré le député et homme d’affaires ukrainien Viktor Medvedtchouk dans cette courte vidéo.

Le député et homme d’affaires ukrainien est habillé de noir et assis à une table dans cette vidéo non datée.

Côté russe, la télévision publique a diffusé des appels de deux prisonniers, identifiés comme des ressortissants britanniques, Shaun Pinner et Aiden Aslin, affirmant qu’ils ont été capturés lors de combats en Ukraine et demandant au Premier ministre Boris Johnson de négocier leur libération.

Les deux hommes, qui apparaissent les traits tirés, demandent à être échangés contre Viktor Medvedtchouk. Ils ne précisent pas qui les détient actuellement, les forces russes ou leurs alliés séparatistes du Donetsk, dans l’est de l’Ukraine.

M. Zelensky avait proposé le 12 avril à Moscou d’échanger M. Medvedtchouk, 67 ans, arrêté le jour même, contre les Ukrainiens en captivité en Russie.

Interrogé sur un échange potentiel, le Kremlin avait esquivé la question en soulignant que M. Medvedtchouk n’était « pas un citoyen russe » et dit ne pas savoir s’il souhaitait que Moscou se mêle de son cas.

Les services de sécurité ukrainiens (SBU)

avaient précédemment montré une photo de Viktor Medvedtchouk, menotté et vêtu d’un uniforme de l’armée ukrainienne. Il a été interpellé, selon Kiev, après une opération « exceptionnelle et dangereuse » menée par les services de sécurité ukrainiens.

Viktor Medvedtchouk était assigné à résidence depuis mai 2021 après avoir été inculpé de « haute trahison » et de « tentative de pillage de ressources naturelles en Crimée », la péninsule ukrainienne annexée par la Russie en 2014.

Le 26 février, deux jours après le début de l’invasion russe de l’Ukraine, la police ukrainienne avait constaté sa disparition à l’occasion d’une visite de contrôle.

Viktor Medvedtchouk, 12e fortune d’Ukraine en 2021 avec 620 millions de dollars selon le magazine Forbes, est connu pour ses liens avec le président russe Vladimir Poutine qui est, selon l’intéressé, le parrain de l’une de ses filles.

Il est le fondateur du parti prorusse « Plateforme d’opposition-Pour la Vie », qui comptait une trentaine de députés au Parlement ukrainien avant d’être interdit en mars, après l’attaque russe.

12H18 : La TV russe diffuse des vidéos de prisonniers présentés comme britanniques demandant que Johnson négocie leur libération

La télévision publique russe a diffusé lundi des appels de deux prisonniers, identifiés comme des ressortissants Britanniques, Shaun Pinner et Aiden Aslin, capturés lors de combats en Ukraine, demandant au Premier ministre Boris Johnson de négocier leur libération.

Les deux hommes, qui apparaissent les traits tirés, demandent à être échangés contre Viktor Medvedtchouk, un riche homme d’affaire ukrainien proche de Vladimir Poutine arrêté en Ukraine. Ils ne précisent pas qui les détient actuellement, les forces russes ou alors leurs alliés séparatistes du Donetsk, dans l’est de l’Ukraine.

12H15 : 200.000 emplois menacés par les sanctions à Moscou, selon le maire

Au moins 200.000 emplois sont menacés à Moscou par le départ ou l’arrêt des activités d’entreprises étrangères, dans la foulée de l’offensive russe contre l’Ukraine, a annoncé lundi le maire de la capitale russe.

Dans un message sur son site, Sergueï Sobianine a indiqué qu’un plan d’aide de 3,6 milliards de roubles (environ 38 millions d’euros au taux actuel) avait été adopté la semaine dernière pour aider les Moscovites risquant un licenciement.

« Ce programme concerne avant tout les employés d’entreprises étrangères qui ont suspendu temporairement leurs activités ou décidé de quitter la Russie. Selon nos estimations, environ 200.000 personnes risquent de perdre leur emploi », a indiqué le maire.

La mairie va proposer aux employés de sociétés étrangères au chômage technique des « emplois temporaires » permettant des compléments de revenus comme « la gestion des archives ou la réparation d’équipements » municipaux.

La municipalité dit aussi prévoir des subventions pour financer des reconversions professionnelles.

Selon la mairie, des aides financières pour les familles devraient être ouvertes, en vertu d’un récent décret présidentiel, et des mesures prises pour faciliter les emprunts des petites et moyennes entreprises.

Enfin, la ville de Moscou dit avoir construit, sans préciser de date, trois usines de médicaments pour compenser la suspension des importations pharmaceutiques, dont dépendent fortement les Russes.

Dans ce domaine, « un grand travail nous attend, les résultats mettront des années à arriver », a indiqué M. Sobianine.

12H14 : L’Espagne va rouvrir son ambassade à Kiev

L’Espagne va rouvrir « dans quelques jours » son ambassade à Kiev qu’elle avait fermée suite à l’invasion russe en Ukraine, a annoncé lundi le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez.

« Dans quelques jours, nous allons rouvrir l’ambassade d’Espagne à Kiev, comme nouvelle preuve de l’engagement du gouvernement espagnol, de la société espagnole, aux côtés du peuple ukrainien », a déclaré M. Sanchez dans un entretien à la chaîne Antena 3.

L’ambassadrice d’Espagne et le personnel diplomatique de l’ambassade avaient été évacués de la capitale ukrainienne vers la Pologne au lendemain du début de l’offensive russe, le 24 février.

Nombre de pays occidentaux avaient pris des décisions similaires.

L’ambassade de France en Ukraine, qui avait été transférée à Lviv (ouest) début mars, a déjà été rouverte vendredi à Kiev, selon l’ambassadeur Etienne de Poncins.

La Turquie a elle déjà rouvert son ambassade à Kiev après l’avoir temporairement déplacée à la frontière roumaine en mars par sécurité.

10H26 : Pas d’évacuations de civils pour la deuxième journée consécutive

Aucun couloir humanitaire ne sera mis en place lundi pour l’évacuation des civils des zones de combats en Ukraine, ont annoncé les autorités ukrainiennes pour la deuxième journée consécutive, accusant la Russie de « blocage » et de bombarder des convois.

« Pour aujourd’hui, le 18 avril, il n’y aura malheureusement pas de couloirs humanitaires », a indiqué sur Telegram la vice-Première ministre ukrainienne, Iryna Verechtchouk.

Selon Mme Verechtchouk, les négociations avec l’armée russe sont « longues et complexes », notamment pour la ville dévastée de Marioupol, en grande partie sous contrôle de Moscou, et d’autres localités où se déroulent des combats.

« Les occupants russes ne cessent de bloquer et de bombarder les routes humanitaires. Par conséquent, pour des raisons de sécurité, il a été décidé de ne pas ouvrir de couloirs », a-t-elle ajouté.

09H37 : Frappe de missiles sur Lviv : au moins 6 morts et 8 blessés

Les frappes de missiles russes lundi matin sur Lviv, grande ville de l’ouest de l’Ukraine, ont fait au moins six morts et huit blessés et ont « gravement endommagé » des infrastructures militaires, a annoncé le gouverneur régional.

« À cette heure, nous avons recensé six morts et huit blessés. Il y a un enfant parmi les victimes », a indiqué Maksym Kozitsky sur Telegram, précisant que les frappes avaient touché des infrastructures militaires et un garage de pneumatique, provoquant des incendies.

08H26 : Cinq « puissantes » frappes de missiles sur Lviv, grande ville de l’ouest

Cinq « puissantes » frappes de missiles russes ont touché lundi matin Lviv, grande ville de l’ouest de l’Ukraine d’ordinaire relativement épargnée par les combats, ont annoncé son maire et un conseiller de la présidence.

Un habitant du sud-ouest de Lviv a dit avoir vu d’épais panaches de fumée grise s’élever dans le ciel derrière des immeubles d’habitation.

« Cinq puissantes frappes de missiles d’un coup sur l’infrastructure civile de la vieille ville européenne de Lviv », a annoncé sur Twitter Mikhaïlo Podoliak, conseiller du président Volodymyr Zelensky.

Le maire de la ville, Andriï Sadovy, a confirmé, indiquant sur Telegram que les secours se rendaient sur place et ne pas avoir de bilan dans l’immédiat.

« Les Russes continuent d’attaquer barbarement les villes ukrainiennes depuis les airs, déclarant cyniquement au monde entier leur +droit+ de… tuer des Ukrainiens », a fustigé M. Podoliak.

Situés loin du front, Lviv et l’ouest de l’Ukraine sont rarement visés par des bombardements depuis le début de l’invasion russe de l’Ukraine le 24 février.

Le 26 mars, Lviv avait subi une série de frappes russes, dont deux avaient touché un dépôt de carburant et fait cinq blessés, selon les autorités locales.

La ville avait aussi été la cible le 18 mars d’une frappe qui avait atteint une usine de réparation d’avions proche de l’aéroport, sans faire de victimes.

Et le 13 mars, des missiles de croisière russes avaient visé une importante base militaire à une quarantaine de kilomètres au nord-ouest de Lviv, faisant au moins 35 morts et 134 blessés.

Proche de la frontière polonaise, Lviv s’est convertie en ville-refuge pour les personnes déplacées et a accueilli au début de la guerre plusieurs ambassades occidentales transférées à partir de Kiev.

07H16 : Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a critiqué dimanche soir les retards dans les livraisons d’armes à son pays.

« Chaque retard dans les armes, chaque retard politique est une permission pour la Russie de prendre la vie des Ukrainiens. C’est ainsi que la Russie l’interprète. Cela ne devrait pas être le cas en réalité », a-t-il déclaré dans son allocution vidéo quotidienne.

Les experts militaires estiment que l’Ukraine aura besoin de beaucoup plus d’armes lourdes dans l’est du pays pour résister aux attaques.

Volodymyr Zelensky a prévenu que l’armée russe préparait une offensive dans la région industrielle du Donbass, dans l’est de l’Ukraine, dans un avenir proche.

« Tout comme les troupes russes détruisent Marioupol, elles veulent anéantir d’autres villes et communautés dans les régions de Donetsk et de Louhansk », a-t-il rappelé.

Des milliers d’habitants auraient été tués dans la ville portuaire de Marioupol, qui est assiégée depuis des semaines.

Le président ukrainien a par ailleurs remercié les partenaires qui « aident vraiment avec tout ce qu’ils peuvent ».

« Mais ceux qui possèdent les armes et les munitions dont nous avons besoin et qui retardent leur mise à disposition doivent savoir que le sort de cette bataille dépend aussi d’eux. Le sort des personnes qui peuvent être sauvées », a-t-il déclaré.

07H09 : De nouvelles attaques de missiles sur Marioupol

Selon l’état-major ukrainien, la ville portuaire de Marioupol, dans le sud-est de l’Ukraine, a de nouveau été bombardée par des roquettes et des bombes russes dimanche soir, notamment à proximité du port et de l’usine sidérurgique Azovstal.

L’armée russe a annoncé samedi qu’elle avait pris Marioupol après avoir assiégé la ville pendant plusieurs semaines. Moscou a alors lancé un ultimatum : les défenseurs ukrainiens devaient se rendre avant 13 heures (heure belge), avec la promesse que leurs vies seraient épargnées. Un ultimatum rejeté par l’armée ukrainienne.

Le Premier ministre ukrainien Denis Shmihal a démenti dimanche sur la chaîne d’information américaine ABC que Marioupol soit tombé aux mains des Russes. Il a également souligné que les soldats ukrainiens continueraient à se battre là-bas « jusqu’à leur dernier souffle ».

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo