Abonnez-vous au journal de votre région et recevez en cadeau une montre connectée Samsung Galaxy Watch4 ou un robot multifonction Domo

Présidentielle 2022: Macron président? Ils l’avaient prédit et il y avait beaucoup d’argent en jeu…

Présidentielle 2022: Macron président? Ils l’avaient prédit et il y avait beaucoup d’argent en jeu…

Parier sur les élections françaises ? C’était possible. Du moins, en Belgique et en Angleterre. En France, parier sur des événements politiques est strictement interdit.

Que ce soit chez nous ou Outre-Manche, les sites de paris placaient Emmanuel Macron en favori. Sur Bwin, le président sortant avait une cote de 1.03… contre une cote de 13 pour Marine Le Pen. Cela signifie que si vous aviez parié 10 euros sur Macron, vous auriez remporteré 10,3 euros en cas de victoire. À l’inverse, vous auriez gagné 130 euros en cas de pari sur Le Pen (et de victoire de celle-ci).

Il était même possible de parier sur la part des voix obtenues par Macron au second tour. Ce qui n’était pas le cas pour Le Pen. La cote qui lui était la plus favorable (1.65) était pour la proposition « de 55 % à 60 % ».

USA en 2024

L’élection française n’est pas le seul événement politique sur lequel il était possible de parier. Les Belges ont la possibilité de parier sur la future présidentielle américaine de 2024. Les bookmakers donnent une cote plus favorable à Trump (4 sur Unibet et Bwin) qu’à Biden (5.5 sur Unibet et 6 sur Bwin).

Le prochain Premier ministre britannique suscite aussi l’intérêt des joueurs. Pour remplacer Boris Johnson, c’est Rishi Sunak (parti conservateur) qui apparait comme favori, suivi par Keir Starmer (parti travailliste) sur Unibet. Sur Bwin, c’est Keir Starmer, suivi par Liz Truss.

Mais les candidats qui apparaissent comme favoris sont-ils vraiment ceux qui gagnent ? D’après James Wright, créateur d’une agence dans le secteur des jeux en ligne interrogé par Le Figaro, « les cotes ne peuvent pas être considérées comme un indicateur fiable du résultat final ». En 2016, les bookmakers anglais s’étaient trompés en anticipant la défaite de Donald Trump. Ces derniers avaient également misé sur un maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne.