Abonnez-vous au journal de votre région et recevez en cadeau une montre connectée Samsung Galaxy Watch4 ou un robot multifonction Domo

Les parents de Natacha de Crombrugghe, disparue au Pérou depuis le 24 janvier, se livrent: «Les gens savent des choses mais ont peur de parler»

Le couple de Linkebeek poursuit ses efforts pour retrouver Natacha.
Le couple de Linkebeek poursuit ses efforts pour retrouver Natacha. - Facebook / Looking for Natacha

Où vous trouvez-vous et où en sont vos recherches ?

Depuis samedi, nous sommes de retour à Cabanaconde, le village d’où notre fille serait partie pour faire son trekking. La semaine dernière à Arequipa, nous avons rencontré, grâce à l’ambassadeur belge, les différents gradés des polices péruviennes qui s’occupent de la disparition de Natacha. Ils nous ont rassurés sur la reprise des recherches. Les policiers ont pu commencer à sonder le fleuve car les eaux ont enfin commencé à baisser. La semaine dernière, ils ont retrouvé le pantalon de Kevin Ramos, le jeune Péruvien tombé dans la rivière le lendemain de la disparition de Natacha. On a aussi réussi à ce que le guide privé, Eloy Cacya, qui a trouvé plusieurs personnes dans le canyon, surnommé l’ange des disparus, collabore avec la police pour les guider dans cette région qu’il connaît sur le bout des doigts.

Quelle est la thèse privilégiée : un accident, une piste criminelle ?

Les policiers locaux pensent retrouver le corps de notre fille dans le fleuve puisqu’ils ne l’ont pas retrouvée dans le canyon, ce qui leur permettra d’ouvrir éventuellement une enquête criminelle. On préférerait qu’ils procèdent inversement : qu’ils enquêtent d’abord, pour retrouver Natacha vivante si possible. Notre espoir est de la retrouver le plus vite possible. Mais pour cela, il faut un indice, une information… Que quelqu’un parle et nous mette sur une piste. On a l’impression que les gens ont peur de parler.

►► Pour Éric et Sabine, les gens savent des choses mais n’osent pas parler.

►► Ils expliquent comment ils parviennent à tenir le coup et garder espoir.

►► Retrouvez ici l’interview des parents de Natacha.

Retrouvez cet article et bien plus encore dans notre nouvelle application Sudinfo