Abonnez-vous au journal de votre région et recevez en cadeau une montre connectée Samsung Galaxy Watch4 ou un robot multifonction Domo

Arthur, 3 ans, souffre d’un cancer du cerveau: «Les médecins nous ont dit qu’il n’y avait pas de quoi s’inquiéter»

Arthur, 3 ans, souffre d’un cancer du cerveau: «Les médecins nous ont dit qu’il n’y avait pas de quoi s’inquiéter»
Facebook

Ce n’est qu’après de multiples visites chez le généraliste et dans divers hôpitaux, qu’Arthur, un enfant de trois ans, a finalement reçu un diagnostic. Le petit Britannique souffre d’un médulloblastome, le type de cancer du cerveau le plus courant chez les enfants.

Les symptômes ont commencé à se manifester quand Arthur était à la crèche : « Le personnel a remarqué qu’il était instable sur ses pieds et qu’il avait besoin de plus de siestes que les autres », raconte sa maman au Mirror.

« Un énorme choc »

Lauren a alors décidé d’emmener son fils chez le médecin, qui aurait minimisé ses symptômes. Les visites chez le généraliste et le pédiatre se sont par la suite multipliées mais aucun n’a su diagnostiquer la maladie d’Arthur. Ce n’est que le 5 février dernier, après un malaise et un séjour à l’hôpital que l’état du petit garçon a commencé à inquiéter : « Nous étions au parc. Il s’est senti étourdi et voulait s’allonger », raconte la maman qui avait immédiatement contacté les urgences.

« Au début, les médecins nous ont dit qu’Arthur cherchait de l’attention et qu’il n’y pas de quoi s’inquiéter. Nous étions vraiment contrariés ». L’enfant est retourné à l’hôpital deux jours plus tard pour passer des examens supplémentaires, qui ont finalement révélé un cancer du cerveau : « Ça a été un énorme choc. Nous avons beaucoup pleuré », a déclaré Lauren.

Le combat est loin d’être terminé

Depuis, le petit Britannique a subi cinq ponctions lombaires et deux interventions chirurgicales. Et le combat est loin d’être terminé : « Il va bientôt commencer huit cycles de chimiothérapie ».

« Nous sommes si fiers de lui », affirme la maman qui témoigne pour « sensibiliser davantage » sur le cancer : « Je tiens à faire tout ce que je peux pour aider les autres familles. Il y a aussi un grave manque de financement pour la recherche sur les tumeurs cérébrales au Royaume-Uni et j’espère faire passer le message ».

Les parents ont également lancé une campagne de financement pour payer les soins de leur fils sur Facebook.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo