De plus en plus de familles aisées font la queue pour des colis alimentaires: «J’ai honte, je ne veux pas que mes enfants manquent de quelque chose»

De plus en plus de familles aisées font la queue pour des colis alimentaires: «J’ai honte, je ne veux pas que mes enfants manquent de quelque chose»

Selon le directeur délégué de la Fédération, Jef Mottar, ces chiffres sont « sans précédent » et continuent d’augmenter, avec près de 2.000 personnes de plus chaque mois depuis le début 2022. En outre, les chiffres explosent depuis le mois dernier : « Plusieurs distributeurs signalent jusqu’à 25 % de personnes en plus dans les files d’attente ».

« J’ai honte »

« Je travaille pour une compagnie d’assurances depuis dix ans et pourtant je dois maintenant faire des économies sur la nourriture », a déclaré une mère de famille à Het Laatste Nieuws. « J’ai honte, mais je ne veux pas que mes enfants manquent de quoi que ce soit ».

En effet, il n’y a pas que des personnes bénéficiant du revenu d’intégration dans les files d’attente. « Nous parlons à de plus en plus de personnes qui ont un emploi, des mères célibataires, mais aussi des personnes issues de ménages à deux revenus », ajoute M. Mottar.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo