Abonnez-vous au journal de votre région et recevez en cadeau une montre connectée Samsung Galaxy Watch4 ou un robot multifonction Domo

Maître du jeu d’un Escape Game, Mathilde assiste à une véritable scène d’horreur (vidéo)

Vidéo
Maître du jeu d’un Escape Game, Mathilde assiste à une véritable scène d’horreur (vidéo)
Tiktok

Mystery Maker, l’entreprise d’Escape Game, a révélé dans une vidéo Tiktok toutes les bizarreries que peuvent faire les participants de ces jeux.

Entre demandes en mariage, infractions des règles de base et… sacrifices, il en a pour tous les goûts !

Mais la pire, c’est certainement cette dernière. Alors que les participants se retrouvent bloqués dans le jeu (dans cette salle, le but du jeu est d’empêcher un rituel maléfique de se dérouler), ils sont allées jusqu’à sacrifier un de leurs membres avec un rite satanique. Mathilde, la maître de jeu, qui les observe toute la durée du jeu pour les aiguiller, n’en revenait pas.

Heureusement, personne n’a été blessé pendant le sacrifice.

À l’opposé de cela, comme le relate le Sun, certains en profitent pour demander leur tendre moitié en mariage. Mathilde raconte : « Un homme a emmené sa petite amie dans l’escape room et nous a fait savoir qu’il prévoyait de la demander en mariage. L’une des dernières énigmes consiste à trouver la clé pour sortir, mais nous l’avons remplacée par la bague pour que sa petite amie la trouve à la place. Heureusement, elle a dit oui »

Mais ce n’est pas tout, Mathilde raconte qu’elle a souvent surpris des gens en train de se bécoter dans les coins sombres de la pièce, car leurs amis ne peuvent pas les voir, mais elle si ! Souvent, le maître de jeu signale sa présence, pour éviter tout dérapage.

Dans un registre plus drôle, Mathilde a été choquée de réaliser que certaines technologies utilisées étaient « trop anciennes » pour certains joueurs. Par exemple, un dictaphone : « Beaucoup de gens ne savaient pas ce que c’était ni comment l’utiliser. Ils sortaient la cassette sur laquelle était enregistré l’indice et la défaisaient ou essayaient de la mettre dans la télévision, nous avons dû arrêter de les utiliser. »

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo