Virginie Efira, maîtresse de cérémonie du Festival de Cannes: l’apothéose pour l’actrice la plus courtisée du cinéma français

Une passionnée de cinéma. « Elle l’a toujours été », témoigne Lidia Gervasi qui l’a accompagnée à ses débuts, en septembre 1998. Travaillant aujourd’hui au cabinet de Rudi Vervoordt à la Région bruxelloise, elle a lancé « Mégamix » sur Club RTL.

Lidia et Virginie, à l’époque de «Mégamix».
Lidia et Virginie, à l’époque de «Mégamix». - CTR

Une émission que les adolescents de l’époque n’ont pas pu oublier. « Je la présentais depuis un an avec Florence Thomas quand Virginie est arrivée. Nous avons travaillé à deux pendant un an puis elle a présenté seule l’émission durant une autre année. Elle est tombée par hasard dans la télévision. À l’époque, elle était serveuse au Mirano et la production cherchait une blonde. Sans cela, son parcours aurait peut-être été plus sinueux. Moi, je voulais être journaliste mais on me disait trop jeune. Virginie voulait faire du cinéma et nous avons toutes les deux tiré profit de la situation ».

Virginie avait 21 ans et avait arrêté le conservatoire. « Cela ne lui plaisait pas », précise Lidia Gervasi qui n’est pas du tout étonnée par la réussite de son ex-complice. « Elle a rencontré les bonnes personnes au bon moment tout en restant elle-même. Aujourd’hui encore, quand je la vois dans les interviews, je retrouve cette belle personne qu’elle était déjà à l’époque. Virginie a toujours été dans la générosité ».

On la retrouvera le 28 mai lors de la cérémonie de clôture.
On la retrouvera le 28 mai lors de la cérémonie de clôture. - Isopix.

Elles sont restées quelques années en contact. « Puis, je suis partie dix ans en Amérique latine. On s’est perdues de vue et, à mon retour, nous n’avions plus le même numéro. Et elle était partie vivre à Paris. Nous avions développé une belle amitié. Dans le monde de la télévision, ce n’est pas toujours le cas. Amies, on l’était aussi en dehors des plateaux. Cela étonnait parfois les gens. Je me souviens d’un soir où nous étions toutes les deux dans un petit restaurant bruxellois qui était à la mode. Les gens étaient épatés de nous voir… à un tel point qu’on a presque provoqué une émeute ».

Deux frères, une sœur

Elle a évidemment suivi l’incroyable parcours de la Belge qui est aussi devenue française « pour pouvoir voter » dans le pays où elle vit désormais. « C’est une personne qui me touche beaucoup. J’espère que nous serons un jour amenées à nous revoir, autour d’une bonne table ou chez moi. Je sais qu’elle viendrait en toute simplicité. Son papa vit toujours à Bruxelles ».

André Efira est d’origine turque et a exercé un métier diamétralement opposé à celui de sa fille. Il était médecin hémato-oncologue au CHU Brugmann.

Quand ses parents ont divorcé, Virginie a choisi de rester vivre avec lui. Elle n’avait que 9 ans et elle était impressionnée par le métier de son père. Yorick, son frère cadet, a sept ans de moins qu’elle. Leur maman, Carine Verlest, a refait sa vie dans le sud de la France. Esthéticienne de formation, elle a ensuite été artiste puis restauratrice dans le Luberon. Elle a eu des jumeaux, Edward et Eloïse, qui sont nés d’une seconde union. Virginie continue à voir ses deux frères et sa sœur tant que son agenda d’actrice le lui permet.

Avec ses frères et sa soeur.
Avec ses frères et sa soeur. - FB

On ne reviendra pas sur ses années de présentatrice. Métier qu’elle a arrêté en 2010 pour se concentrer uniquement sur celui d’actrice. Elle ne se définit pas comme une grande travailleuse mais au journal « Métro » qui l’a interviewée en 2020, elle disait tourner en moyenne dans deux-trois films par an. Nous avons fait les comptes, elle en est à son 33e. À Cannes, elle présentera d’ailleurs les deux derniers : « Don Juan » de Serge Bozon et « Revoir Paris » d’Alice Winocour.

Un amoureux

D’ici le 28 mai où elle présentera la cérémonie de clôture, elle fait des allers-retours sur le tournage du 34e film : l’adaptation de « L’Amour et les Forêts » d’Éric Reinhardt par Valérie Donzelli. « On termine deux jours avant la fin de la clôture de Cannes », raconte la Belgo-Française qui vient de fêter ses quarante-cinq printemps, le 5 mai.

Niels Schneider et Virginie.
Niels Schneider et Virginie. - Isopix

Il y a trois ans, au Festival de Cannes.
Il y a trois ans, au Festival de Cannes. - Isopix

Depuis 2018, l’actrice partage sa vie avec l’acteur français Niels Schneider qu’elle avait rencontré dans « Un amour impossible ». Elle a un enfant, Ali, qui fêtera ses neuf ans le 24 mai prochain. Elle est le fruit de la relation que sa maman a eue avec le réalisateur Mabrouk El Mechri. Dans une autre vie, Virginie s’était mariée avec l’acteur belge Patrick Ridremont. On sait aussi qu’elle a arrêté le poker en 2015.

Pierre Nizet

Notre sélection vidéo