Abonnez-vous au journal de votre région et recevez en cadeau une montre connectée Samsung Galaxy Watch4 ou un robot multifonction Domo

Anthony quitte sa femme pour vivre une histoire d’amour avec une Ukrainienne qu’ils avaient accueillie: Sofiia, la réfugiée, s’exprime!

Anthony quitte sa femme pour vivre une histoire d’amour avec une Ukrainienne qu’ils avaient accueillie: Sofiia, la réfugiée, s’exprime!
Instagram

Anthony Garnett et sa femme Lorna avaient décidé d’ouvrir les portes de leur maison à une réfugiée ukrainienne début mai, au Royaume-Uni. Dix jours à peine après son arrivée, Anthony a quitté sa femme, avec qui il était en couple depuis plus de dix ans, pour vivre une nouvelle histoire d’amour avec l’Ukrainienne de 22 ans.

Le Britannique raconte son histoire dans les colonnes du journal The Sun : « J’ai des sentiments pour Sofiia comme je n’en avais jamais eu auparavant », dit-il. Sofiia, la réfugiée ukrainienne, avoue de son côté être immédiatement amoureuse d’Anthony : « Dès que je l’ai vu, je l’ai aimé ».

Le nouveau couple se rend compte qu’il devra faire face à de nombreuses critiques, surtout vis-à-vis de Lorna, l’ancienne compagne de Tony : « Tout est allé très vite, mais c’est notre histoire d’amour. Je sais que les gens vont nous regarder de travers, mais c’est comme ça. Nous sommes en train de planifier notre avenir ensemble ».

Lorna s’est quant à elle dite « brisée » par cette trahison : « Elle a jeté son dévolu sur lui dès le début », a-t-elle déclaré à The Sun. « Je ne comprends pas comment il a pu mettre fin à notre relation pour une femme qu’il connaît depuis quinze jours. Ma vie est brisée ».

« C’est de sa faute »

Sofiia a elle aussi été interrogée au sujet de son histoire d’amour par The Sun. En larmes, elle insiste sur le fait qu’elle n’est pas une briseuse de couple et affirme que c’est Lorna elle-même qui est à l’origine de la séparation avec son compagnon Anthony.

« Ses soupçons constants, la tension, cela nous a juste rapprochés, moi et Tony. Elle a créé cette situation en suggérant constamment que quelque chose se passait alors que ce n’était pas le cas. C’est donc de sa faute », explique de son côté la réfugiée ukrainienne.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo