Abonnez-vous au journal de votre région et recevez en cadeau une montre connectée Samsung Galaxy Watch4 ou un robot multifonction Domo

Camille, 25 ans, furieuse quand elle découvre la facture d’hôpital de sa petite sœur malade: «Ils l’ont facturée car elle a… pleuré!» (photo)

Camille, 25 ans, furieuse quand elle découvre la facture d’hôpital de sa petite sœur malade: «Ils l’ont facturée car elle a… pleuré!» (photo)
Twitter

Camille soutien sa sœur malade. C’est pour cela qu’elle l’a accompagnée à ses rendez-vous médicaux à l’hôpital. Après un bilan de santé riche en émotions, elle a reçu la facture des prestations médicales. C’est là qu’elle a vu rouge !

L’hôpital a facturé 40 dollars à sa sœur parce qu’elle a pleuré pendant la consultation !

C’est sur Tweeter que Camille passe un coup de gueule. « Ma petite sœur a eu de gros problèmes de santé dernièrement et a finalement pu voir un médecin. Ils lui ont fait payer 40 dollars pour avoir pleuré. Elle est atteinte d’une maladie rare et elle a beaucoup de mal à trouver des soins. Elle était émotive parce qu’elle se sentait frustrée et impuissante. Une larme à l’œil et ils lui ont facturé 40 $ sans se demander pourquoi elle pleurait, sans essayer de l’aider, sans faire aucune évaluation, aucune prescription, rien. Ils lui ont fait payer plus pour ses pleurs que pour un test d’évaluation de la vue. Ils lui ont fait payer plus pour ses pleurs que pour un test d’hémoglobine. Ils l’ont fait payer plus cher pour pleurer que pour une évaluation des risques pour la santé. Ils l’ont fait payer plus cher pour pleurer que pour une prise de sang. »

« brève évaluation émotionnelle et comportementale »

Pourtant, aux États-Unis, cette pratique n’est pas illégale et est même pratiquée depuis 2015. C’est sous les traits d’une « évaluation émotionnelle » que les médecins peuvent facturer plus à leurs patients. C’est justement ce qui choque Camille, car aucune « évaluation » n’a été effectuée. Sa petite sœur a juste pleuré.

Toujours est-il que ce cas est loin d’être isolé au pays de l’oncle Sam.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo