Abonnez-vous au journal de votre région et recevez en cadeau une montre connectée Samsung Galaxy Watch4 ou un robot multifonction Domo

Un parcours de street art le long de la Somme

Entre Abbeville et le street art, l’histoire d’amour va continuer. Près d’un an après la fermeture de Transition, le musée éphémère installé dans un immeuble désormais démoli du quartier Soleil-Levant, il revient par la grande porte… sur le pont de la Portelette, à deux pas de la célèbre statue de la Femme nue. Explications.

1. Ce projet, c’est quoi ?

Il est initié par le Conseil départemental de la Somme et se nomme « Un pont, une œuvre ». La collectivité explique que ce projet vise « à créer le long du fleuve, avec un ou plusieurs artistes, des œuvres qui fassent sens et qui alimentent progressivement un parcours culturel ». Ainsi, « le fleuve et les ponts qui le jalonnent constitueront le support d’un parcours artistique qui permet de mieux connaître et de mieux comprendre son histoire, la dimension humaine des paysages, de développer la curiosité, de susciter le plaisir de la surprise et de la rencontre, d’associer le goût de la nature et de l’activité physique. »

Ce projet s’inscrit dans le cadre de Vallée de Somme, une vallée idéale porté par la collectivité, qui vise à créer une destination touristique de renom.

2. Pourquoi le pont de la Portelette a-t-il été choisi ?

Car le projet, qui s’étalera sur les 160 km de la Somme, sera ponctué par des installations artistiques sur les ponts. « C’est aussi un bon lieu de départ car le pont de la Portelette se trouve au plus proche du skatepark de notre association, souligne Yann Colignon, directeur de Curb, le pôle ressource départemental dédié aux cultures urbaines, qui a porté le projet Transition. Nous sommes une association abbevilloise, démarrer entre la baie de Somme et la ville d’Amiens semble logique. »

L’ouvrage est situé en vis-à-vis de la statue La Somme, plus communément appelée « statue de Femme nue ». Elle a été retournée, en janvier, pour regarder vers le fleuve dans le cadre du chantier d’aménagement d’une portion de 530 mètres du chemin de halage par le Département.

3. Qui sont les artistes qui vont intervenir et quelle sera leur mission ?

Deux membres du collectif Curb, les artistes Arnaud Katset et Pedro Richardo, ont été choisis. Les deux artistes travaillent notamment sur le corps humain et la représentation de la femme. « Ils interviendront à la fin du mois de juin pendant environ une semaine chacun », annonce Yann Colignon. Ils seront chargés de réaliser chacun une œuvre afin de traiter un mur par rive. De quoi faire oublier les murs défraîchis et qui ont déjà servi de support à d’autres « artistes » dont les « œuvres » n’ont pas été autorisées… Arnaud Katset et Pedro Richardo s’inspireront de la statue de la Femme nue qu’ils réinterpréteront à l’aide de peinture acrylique et de bombes de peinture. Contrairement à Transition, les œuvres ne seront pas éphémères.

4. Combien ça coûte ?

Le coût total du projet n’est pas communiqué par le Conseil départemental de la Somme. Pour l’année 2022, les élus ont décidé de lui octroyer une enveloppe de 100 000 euros.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo