Tour de Belgique: pour un Suisse ou...un Belge!

Le soulagement de Quinten Hermans ce samedi à Durbuy.
Le soulagement de Quinten Hermans ce samedi à Durbuy. - Belga

L’indispensable étape ardennaise aurait dû apporter son verdict définitif dans ce Tour de Belgique mais un exceptionnel concours de circonstances enlèvera à la dernière étape, ce dimanche à Beringen, son statut de critérium de luxe pour les sprinters. Mauro Schmid, le Suisse de Quick Step, et Tim Wellens (Lotto) sont en effet dans la même seconde au classement général. Le Suisse a devancé le Belge, alors que devant ce duo, c’est Quinten Hermans qui avait dégainé le premier dans le Mur de Durbuy pour s’offrir une magnifique victoire d’étape.

Sur le parking de Rome, à ne pas confondre avec la capitale italienne, qui sert à caser les voitures des touristes fondant sur le parc d’activités et de loisirs de Durbuy, Mads Pedersen, sous son maillot bleu de leader et derrière le masque remis au goût du jour avait prévenu : « Je déteste la chaleur et encore plus les côtes à répétition. » Le Danois avait dit vrai, dans une course sans le moindre temps mort malgré la chaleur. Aucune équipe n’avait ainsi réclamé le « protocole des conditions extrêmes », tel qu’il est accordé aux coureurs en cas de canicule, grand froid, tempêtes etc. « Il fera moins chaud sur le vélo », considérait Christophe Brandt (Bingoal Wallonie-Bruxelles).

Un mercato animé

Les bidons ont en tout cas fait le bonheur des spectateurs autant que la course palpitante, somptueuse autour de la « plus petite ville du monde ». Car l’équipe Intermarché Wanty-Gobert avait le feu aux fesses autant que sur le bitume et elle mit très tôt de la poudre dans ses cartouches pour allumer un véritable festival. Le débat intéressa rapidement Wellens et Campenaerts, solidaires chez Lotto dans la perspective de la victoire d’étape mais surtout du succès final. Du coup, il n’y eut jamais de temps mort, sauf pour Pedersen isolé par ses équipiers, pour Lampaert coincé par le jeu d’équipes au profit de Schmid.

Emmené par l’Italien Lorenzo Rota, Quinten Hermans a confirmé ses aptitudes pour les étapes accidentées et plus encore sa deuxième place derrière Evenepoel à l’arrivée de Liège-Bastogne-Liège en avril dernier. L’héritier de van Aert et de van der Poel, dès lors qu’il partage les desseins des deux stars du cyclo-cross dans les labourés, est de surcroît sollicité par plusieurs équipes. « C’est exact mais je peux aussi rester chez Intermarché », a expliqué le Flamand, qui ne désespère pas remporter le classement final. Le « kilomètre en or », qui accorde en effet des bonifications sur chaque étape vaudra le déplacement ce dimanche. Pour départager Schmid et Wellens, certainement, mais aussi Hermans !

La solution est très simple chez Quick Step : envoyer Fabio Jakobsen « faire les bonifs », quitte à perdre la dernière étape très favorable au Néerlandais dans un sprint massif qu’il disputera à De Lie, Pedersen et compagnie. Chasser deux lièvres à la fois n’est pas toujours possible. Le maillot de leader de Schmid sera donc une priorité. Et chez Lotto, on réfléchit à un plan. En 2018, Tim Wellens avait remporté le Tour de Wallonie grâce aux bonifications devant un certain Quinten Hermans…

Notre sélection vidéo