Abonnez-vous au journal de votre région et recevez en cadeau une montre connectée Samsung Galaxy Watch4 ou un robot multifonction Domo

Une maison de l’horreur cachait dix «esclaves», emprisonnés par un couple diabolique: «Personne ne peut comprendre ce que j’ai vécu là-bas»

Une maison de l’horreur cachait dix «esclaves», emprisonnés par un couple diabolique: «Personne ne peut comprendre ce que j’ai vécu là-bas»
Capture vidéo - SWNS

Maros Tancos, 45 ans, et Joanna Gomulska, 46 ans, ont forcé leurs victimes à travailler sans arrêt gratuitement et les ont enfermées dans la propriété pendant plusieurs années. Le couple avait recruté ses victimes dans des maisons de soins et des orphelinats en Slovaquie, leur promettant un travail stable et une vie meilleure au Royaume-Uni.

Cependant, à leur arrivée, les victimes ont été forcées à travailler dans le car-wash de Tancos, ainsi qu’à effectuer d’autres travaux manuels. Les victimes étaient maltraitées verbalement et physiquement, et tous leurs effets personnels leur ont été enlevés. Ils devaient se partager une maison de trois chambres avec une seule salle de bains et dormaient sur des matelas sales.

>> Découvrez les photos ici.

« J’y suis allé parce que je voulais subvenir aux besoins de ma famille et leur donner plus que ce qu’ils avaient en Slovaquie », a confié une victime au Sun. « Je n’avais pas le droit de quitter la maison et la seule chose que je connaissais était le travail. Tout le temps, je pensais que j’étais un esclave là-bas. »

Une autre victime, détenue pendant huit ans, a déclaré que le couple avait « détruit la moitié de sa vie ». « La façon dont j’ai été humilié, pour chaque petite chose, j’ai été frappé et puni. Je n’oublierai jamais cela », a-t-il déclaré. « Personne ne peut comprendre ce que j’ai vécu là-bas s’ils n’étaient pas là aussi. »

Entre 2010 et 2017, le couple a détourné près de 350.000 euros via des comptes ouverts aux noms de leurs victimes. Les deux bourreaux ont été coincés lorsqu’une victime qui avait réussi à rentrer en Slovaquie a déposé une plainte auprès des autorités.

En mars, tous deux ont été reconnus coupables notamment de neuf infractions liées à la traite des êtres humains et au travail forcé. Tancos purge une peine de 16 ans tandis que Gomulskaest emprisonnée pour 9 ans pour complicité.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo