Un train de la SNCB supprimé en plein parcours: l’accompagnatrice s’est sentie menacée par un groupe de 200 jeunes

Un train de la SNCB supprimé en plein parcours: l’accompagnatrice s’est sentie menacée par un groupe de 200 jeunes

Un train qui se rendait d’Anvers à Bruxelles a arrêté son parcours mercredi en gare de Malines-Nekkerspoel parce que l’accompagnatrice s’est sentie menacée par un groupe d’environ 200 jeunes, a indiqué jeudi la police locale de Malines, confirmant une information de VRT NWS. Les jeunes voyageurs ont pu prendre le train suivant après avoir parlé à la police, sans autre incident.

Les circonstances exactes de l’incident sont encore très floues. Lorsque la police locale est arrivée, elle n’a pas dû intervenir, explique-t-elle. « Nous nous sommes renseignés sur l’heure d’arrivée du prochain train et l’avons communiquée aux jeunes passagers », a poursuivi Dirk Van de Sande, porte-parole de la police. « Ils ont alors également pu partir. »

De son côté, l’accompagnatrice de train a affirmé qu’elle déposerait une plainte auprès de la police des chemins de fer.

Selon la SNCB, l’incident porte sur le refus d’un contrôle de titres de transport. « L’accompagnatrice d’un train IC entre Anvers et Bruxelles a été confrontée mercredi soir, sur le quai de la gare Malines-Nekkerspoel, à un groupe de passagers refusant d’être contrôlés », a précisé Bart Crols, porte-parole de la SNCB. « L’accompagnatrice s’est sentie intimidée et a demandé une intervention, après quoi la police est arrivée sur les lieux. L’accompagnatrice a alors interrompu le service et les passagers se sont rendus à Bruxelles dans un autre train. »

Les jeunes étaient sur le chemin du retour du parc de loisirs De Nekker, où diverses émeutes et autres incidents ont eu lieu ces derniers jours. Le domaine de loisirs a pris des mesures en conséquence, telles que la vente obligatoire de billets en ligne avec identification, une limite de 3.000 visiteurs et une restriction sur les grands groupes.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo