Grève du rail: des syndicats internationaux appellent Londres à négocier

Grève du rail: des syndicats internationaux appellent Londres à négocier
Belga Image

« Nous vous écrivons pour vous demander de rencontrer les syndicats » britanniques pour leur permettre de « parvenir à un règlement négocié des différends avec les employeurs du secteur ferroviaire », selon une lettre signée par la Fédération internationale des ouvriers du transport (ITF) et sa branche européenne (ETF).

La lettre est adressée à Grant Shapps, ministre britannique des Transports, qui s’est refusé jusqu’ici à s’impliquer directement dans des négociations.

Celles-ci doivent se tenir, selon lui, exclusivement entre syndicats et employeurs – c’est-à-dire les nombreux opérateurs ferroviaires privés du pays et Network Rail, le gestionnaire public du réseau.

Le courrier, consulté par l’AFP, est également signé par plus d’une centaine de syndicats adhérents à la fédération, de pays européens, asiatiques, sud-américains ou encore moyen-orientaux.

Les organisations se disent « choquées » que le gouvernement britannique soit « prêt à imposer des réductions de services ferroviaires et à abandonner des projets d’infrastructures ».

Les cheminots britanniques demandent des hausses salariales en phase avec l’inflation, et dénoncent la perspective de « milliers de licenciements » et la dégradation des conditions de travail. Ils estiment que le ministre des Transports, malgré son absence des négociations, bloque en sous-main la résolution du conflit.

Ils ont fait grève mardi et jeudi et, en l’absence d’accord avec les employeurs d’ici là, ont prévu un troisième jour de débrayage samedi. Le mouvement pourrait aussi s’étendre au-delà.

« Il est totalement faux de prétendre que le gouvernement bloque les négociations », a rétorqué un porte-parole du ministère des Transports vendredi, exhortant une fois de plus « les syndicats et les entreprises à trouver un accord ».

Le gouvernement avait annoncé la veille son intention de modifier la loi pour permettre le recours à des travailleurs intérimaires pour remplacer les grévistes et réduire l’impact qu’il juge « disproportionné » des grèves.

Face à l’inflation, au plus haut depuis 40 ans dans le pays, la grogne s’intensifie et des grèves sont aussi prévues cet été parmi le personnel au sol de British Airways à l’aéroport londonien d’Heathrow, certains avocats, et pourraient s’étendre aussi aux enseignants, aux postiers ou dans la santé.

En novembre, Londres avait dévoilé une nouvelle stratégie ferroviaire pour mieux relier le centre et le nord au reste du pays aussitôt fustigée par l’opposition comme une « trahison » des promesses de Boris Johnson, pointant notamment la suppression d’un tronçon de la ligne à grande vitesse en construction HS2.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo