Abonnez-vous au journal de votre région et recevez en cadeau une montre connectée Samsung Galaxy Watch4 ou un robot multifonction Domo

Zaniar Matapour, l’auteur présumé de la fusillade d’Oslo, a été placé en détention provisoire

Zaniar Matapour, l’auteur présumé de la fusillade d’Oslo, a été placé en détention provisoire

Désormais officiellement identifié comme étant Zaniar Matapour, le suspect de 43 ans ne pourra pas non plus avoir de contact (visite, courrier...) avec le monde extérieur jusqu’au 25 juillet, a décidé le tribunal d’Oslo.

Ce Norvégien d’origine iranienne est soupçonné d’avoir tué deux hommes de 54 et 60 ans et d’avoir blessé 21 autres personnes en ouvrant le feu près d’un bar gay en plein centre-ville d’Oslo dans la nuit de vendredi à samedi alors que les festivités liées à marche des Fiertés LGBT battaient leur plein.

La police norvégienne cherche encore à déterminer les mobiles de cette attaque.

Soupçonné d’"acte terroriste», homicide et tentative d’homicide, Zaniar Matapour refuse à ce stade d’être entendu de peur, selon son avocat, que les enregistrements vidéo de ses interrogatoires soient manipulés par les enquêteurs.

Il doit faire l’objet d’une observation préliminaire d’experts afin d’éclairer la question de sa santé mentale et donc de sa responsabilité pénale.

Sur l’écran radar des services de renseignement intérieur (PST), chargés de l’antiterrorisme, depuis 2015 sur fond d’inquiétudes sur une radicalisation, il appartient, selon les policiers, à «un réseau islamiste extrémiste».

La police dit travailler sur plusieurs théories: l’attentat motivé par l’idéologie, le crime haineux contre la communauté homosexuelle, le geste d’un déséquilibré, voire une combinaison de plusieurs facteurs.

Le PST assure n’avoir pas détecté d’"intentions violentes» lorsque les services ont eu un entretien avec lui le mois dernier.

Arrivé en Norvège dans son enfance, Zaniar Matapour, aujourd’hui père de famille vivant de prestations sociales selon les médias, a été mis en cause et condamné à plusieurs reprises pour des faits relativement mineurs dans le passé.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo