Abonnez-vous au journal de votre région et recevez en cadeau une montre connectée Samsung Galaxy Watch4 ou un robot multifonction Domo

L’Europe n’est «pas encore au cœur de la crise du gaz», le G7 d’accord pour travailler sur un plafonnement du prix du pétrole russe

L’Europe n’est «pas encore au cœur de la crise du gaz», le G7 d’accord pour travailler sur un plafonnement du prix du pétrole russe
Unsplash

Le professeur de l’ULiège, spécialiste en énergie, n’est pas optimiste quant aux prochains mois, craignant un rationnement de fait lié au prix. La Belgique ne devrait pas connaître de coupure d’électricité ou de gaz, mais le gonflement de la facture forcera dans les faits de nombreux ménages à réduire leur consommation, ce qui équivaut à une forme de rationnement, estime-t-il.

« La situation est déjà grave, mais va aller en empirant avec le commencement de l’hiver. Des modèles allemands montrent que dans 6 scénarios sur 7, les réserves allemandes de gaz seront à zéro en février 2023. (…) Beaucoup (de citoyens) ne sauront plus payer leurs factures de gaz et d’électricité ».

Une dépendance accrue

La Russie a coupé les livraisons de gaz à plusieurs pays ces dernières semaines. Elle a effectivement « transformé en arme ses exportations d’énergie », alors que l’Europe dépendait jusqu’ici grandement de son voisin russe pour son approvisionnement en combustibles fossiles.

Dépendance à la Russie, impréparation de la sortie du nucléaire et de la diminution du fossile : « on a foiré en termes de politique énergétique, et il faut l’expliquer aux gens », conclut Damien Ernst.

Le G7 veut plafonner le prix du pétrole russe

Les dirigeants du G7 réunis en sommet en Allemagne vont lancer les travaux visant à mettre en place un mécanisme de plafonnement du pétrole russe, afin de frapper une importante source de revenus de Moscou, a dit un haut responsable de la Maison Blanche.

Le G7 va « demander aux ministres de travailler d’urgence à l’élaboration d’un plafonnement des prix du pétrole, en consultant les pays tiers et le secteur privé, dans le but de mettre en place un tel plafonnement », a assuré ce responsable à quelques heures de la fin du sommet.

Le communiqué final attendu à l’issue de cette réunion qui se déroule dans le sud de l’Allemagne va donc inclure un accord de principe sur la mise au point de ce mécanisme inédit et complexe qui viserait à empêcher la Russie de vendre son pétrole au-delà d’un certain prix.

Parvenir à un consensus sur ce sujet serait « un pas en avant assez spectaculaire » et « l’un des résultats les plus significatifs » du G7, avait estimé la veille le principal conseiller diplomatique du président américain, Jake Sullivan.

Il avait toutefois reconnu la difficulté technique d’un tel projet : « Ce n’est pas quelque chose que nous pouvons sortir de nos tiroirs comme si c’était une méthode déjà testée et approuvée… c’est un concept nouveau ».

Une complexité également soulignée par les spécialistes du secteur énergétique. Le secteur privé, notamment les professionnels de l’assurance et du transport, devraient être impliqués dans ce mécanisme.

Depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie le 24 février, la question de savoir comment sanctionner les hydrocarbures russes est l’une des plus épineuses pour les Occidentaux alors que les tarifs de l’énergie se sont envolés et pèsent sur le pouvoir d’achat des ménages.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo