Abonnez-vous au journal de votre région et recevez en cadeau une montre connectée Samsung Galaxy Watch4 ou un robot multifonction Domo

Laure, 54 ans, déçue des résultats de sa chirurgie esthétique réalisée en Tunisie: «J’en fais des cauchemars» (vidéo)

Vidéo
Laure, 54 ans, déçue des résultats de sa chirurgie esthétique réalisée en Tunisie: «J’en fais des cauchemars» (vidéo)
Capture vidéo RTL INFO

À 54 ans, Laure a voulu retrouver la « taille fine de ses 30 ans ». Influencée par les stars d’Instagram et les promotions de cliniques en chirurgie esthétique sur le réseau social, la Belge a sauté le pas. « Je voyais des photos d’influenceuses super-parfaites. J’en avais marre de toujours porter du L », raconte-t-elle à RTL INFO.

Laure contacte alors une clinique située à Tunis à qui elle enverra par la suite des photos de son corps sur WhatsApp. L’établissement lui fait savoir qu’une opération est possible et Laure se rend en Tunisie afin de subir une liposuccion : « Le chirurgien m’a expliqué les risques que présentait l’opération. J’ai signé un papier de décharge […] Pour moi, ça ne veut rien dire ». La quinquagénaire n’aura eu que deux contacts avec le praticien durant son séjour.

Pas les résultats espérés

De retour en Belgique, Laure doit porter une gaine pendant un mois mais les semaines passent et la Belge ne voit pas les résultats escomptés : « Ma peau était toute fripée, mes cuisses toutes gondolées ». Inquiète, elle tente d’appeler la clinique en Tunisie, mais celle-ci ne lui donne pas de réponse.

Elle se rend alors sur Internet et découvre que plusieurs patients ont vécu la même expérience qu’elle : «  Je suis dégoûtée, démoralisée. J’en fais des cauchemars », a-t-elle déclaré à nos confrères.

Une intervention à 2.000 euros

L’opération lui aura coûté 2.000 euros. À cette somme s’ajoutent le billet d’avion et les médicaments qui lui ont été prescrits. Laure lance aujourd’hui un appel afin d’alerter sur le danger que peut représenter ce type d’opération à l’étranger : «  Faites attention. Ce n’est pas parce que l’on vous montre, sur les réseaux sociaux, de beaux résultats que le vôtre sera bien », conclut-elle.

Retrouvez cet article et bien plus encore dans notre nouvelle application Sudinfo