Le Journal de la rentrée - Retrouvez les photos de vos enfants dans votre journal LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

La semaine de Benjamin Maréchal: on a rencontré à Bruxelles Maîtresse Morgane dans son donjon SM (vidéo)

Vidéo
Pic maitresse
B.M.

J’ai parlé à

J’ai rendez-vous au donjon de Maîtresse Morgane dans un quartier très chic de la capitale en bordure de foret. Morgane assume, pas de floutage, elle m’autorise à filmer sa salle de jeu. J’avais imaginé une cave avec des chaînes partout mais je me retrouve devant un immeuble à appartement tout ce qu’il y a de plus standard. Sur la sonnette, aucun nom. Je rappelle Maîtresse Morgane pour qu’elle m’ouvre et je l’aperçois sur le pas de la porte d’un appartement au rez-de-chaussée. Je dois reconnaître qu’elle est enivrante, tenue de cuir qui dit sa position mais une forme de douceur dans la voix. Elle m’impose le baisemain, elle est dans son personnage. L’éclairage rouge rend le lieu sexy et cosy. J’aperçois directement le paquet de langes pour adultes, juste à côté un siège percé, une collection de fouets bien sûr, un espace beauté pour les Sissy et quelques chaînes au mur.

« C’est solide, vous pouvez vous pendre pour essayer » me dit son mari. Mes 100 kg (et quelques) ne semblent pas être un obstacle. L’endroit n’inspire pas la torture mais le jeu. « Tout n’est pas lié à la douleur, on peut bander le sexe pour maintenir une érection sans prendre du Viagra. Certains n’osent pas le demander ça à la maison. Et pour la douleur, il y a des choses que je ne fais pas. Je ne lâche jamais le regard du soumis et agis comme une infirmière. Je sais quand il faut donner plus ou réduire ». Le mari de Morgane, maître lui aussi à ses heures, me signale que quelques soumis seraient bien venus à 4 pattes dans le champ de la caméra. Ce sera pour une prochaine fois. Nous nous installons pour l’interview devant la cage. Une boîte de biscuits est prête pour nourrir les « chiennes ».

En cours de conversation, Morgane me proposera d’essayer deux ou trois techniques. Je suis en service commandé pour Sudinfo et ne me laisse pas distraire. Maîtresse Morgane a un autre travail dans la vraie vie mais elle n’en dira rien. Ne lui parlez pas d’argent ou d’escorte non plus. Maîtresse Morgane ne supporte pas l’assimilation avec la prostitution. Elle me l’a fait savoir trois fois. Pardon Maîtresse. Trois fois pardon.

J’ai ralé

J’ai besoin d’une montre connectée, nous sommes plusieurs à financer le cadeau d’anniversaire d’un ami d’enfance. J’entre dans l’Apple Store de Bruxelles avec ma liasse de billets et un préposé chargé de l’accueil m’apostrophe directement : « Vous avez un rendez-vous » ? Euh non, je veux juste acheter une montre, vous dire la couleur et repartir avec un emballage cadeau si c’est possible. L’homme me répond avec courtoisie, « sans rendez-vous je ne peux pas vous aider ». J’apprends qu’il est impossible d’avoir un rendez-vous le samedi avant au moins 4 semaines mais le monsieur me propose une solution : « Je peux vous inscrire sur la liste d’attente et on pourra vous aider dans 2h30 si vous patientez ». L’inconvénient, quand on est un poil connu, c’est qu’on ne peut pas se laisser aller à ses plus bas instincts. Impossible de déverser sa haine (encore moins sur un malheureux préposé qui n’en peut rien). Je prends donc un air contrarié et vocifère très fort dans ma tête : « Vous vous foutez de moi ? Votre groupe a du pognon à ce point-là pour me demander de revenir avec mes 500 euros dans un mois ? Vous me parlez de 2h30 d’attente alors que je vois plusieurs de vos collaborateurs qui discutent. Avez-vous encore la moindre conscience de ce que sont 500 euros où ce montant est-il trop dérisoire pour vous ? ». La morale de l’histoire n’est pas belle puisque j’ai attendu et acheté quand même, comme un mouton. Le cynisme a gagné mais au moins mon ami d’enfance peut lire l’heure et ses SMS sur son poignet. Ça valait le coup.

J’ai vu

Une erreur dégueu en France

Aline fait bien de nous mettre en garde. En Français de France, la crème fraîche se dit chantilly ! Cette Tiktokeuse vient d’en faire l’amère expérience. Elle a commandé une glace à la crème fraîche, du coup elle s’est retrouvée à devoir manger une glace au chocolat enrobée de… crème culinaire. « C’était immonde », dit-elle et on veut bien la croire. Pour éviter tout problème en vacances, n’oubliez pas de réviser. Les Français n’ont pas d’essuies mais des serviettes. Et quand vous quitterez votre logement, ne demandez pas de balayette. Ça n’existe pas chez eux. Sont bizarres ces Français.

Le quadruple cri à la pompe

La mise en scène résume assez bien ce que vous allez vivre à la pompe si vous partez en voiture. Le pompiste amène le terminal bancontact au chauffeur qui crie comme un fou en voyant le montant. Le passager arrière vient voir le montant et pousse le même cri d’effroi. Le conducteur demande alors à sa femme d’ouvrir son sac pour payer mais en ouvrant sa sacoche elle pousse un cri horrible en découvrant le fossé entre son portefeuille et la facture. Elle montre alors le contenu de sa sacoche au pompiste qui crie à son tour voyant qu’il ne sera pas payé. Le quadruple cri à la pompe. C’est ça le sport de l’été.

La règle des trois C à Charleroi

Quels seraient les trois C capables de définir votre ville ? La Belge Maléfique, une humoriste déjantée de Tiktok, lance le challenge et l’applique à la ville de Charleroi : « Ici ma biche, les trois C, c’est Criminalité, Carapils et CPAS… chômage c’est plus rare ». Le message joue à fond sur les clichés mais on se laisse avoir par le fond et la forme. On notera la pointe d’amertume au moment d’énoncer le CPAS qui serait donc plus représentatif de la ville que le chômage, la crise est évidemment passée par là. Après Stacy Star, la Belge Maléfique rejoint le club des Carolos en vue.

Retrouvez cet article et bien plus encore dans notre nouvelle application Sudinfo