«Je me disais qu’il ne remarcherait pas»: la mère de Jean-Luc Reichmann revient sur le terrible accident qui a failli lui coûter la vie

Je-me-disais-qu-il-ne-remarcherait-pas-la-mère-de-Jean-Luc-Reichmann-revient-sur
Capture d’écran TF1

Jean-Luc Reichmann était à l’honneur sur TF1 ce samedi 2 juillet, alors que la chaîne célèbre depuis plusieurs jours, les 12 ans des « 12 Coups de midi ». En deuxième partie de soirée, après la diffusion du premier prime du « Combat des maîtres », durant lequel sept maîtres de midi se sont affrontés, les téléspectateurs ont pu découvrir « Jean-Luc Reichmann : un destin hors du commun ». Consacré à l’animateur, le documentaire revient sur les moments forts de sa vie, et explore également sa carrière, le tout nourri de témoignages de ses proches. Parmi les personnalités de la télévision, on a notamment pu découvrir sa maman, pleine de fierté, et particulièrement touchante lorsqu’elle est revenue sur le terrible accident de moto qu’a vécu son fils. « Il est resté dans le coma et à l’hôpital pendant des mois. Je partais le matin, j’arrivais à 7h30-8h et je restais toute la journée avec lui. Je ne rentrais que le soir à la maison. Je me disais ‘il faut qu’il s’en sorte’. Mais c’était très très dur » confie Josette sur l’hospitalisation de plus d’un an de l’animateur. Elle revient également sur la difficile convalescence qui a suivi : « Quand il a été dans son fauteuil roulant, c’est l’image qu’il me reste tout le temps. On aurait dit un squelette avec tous les pansements possibles. Il avait des jambes qui ressemblaient à des fusées. Ce n’était pas possible. Je me disais qu’il ne remarcherait pas. Mais jamais il ne s’est plaint vraiment. Il supportait tout. Une volonté de fer. »

Une volonté qui a porté ses fruits, puisque, après une longue rééducation, le présentateur a fini par remarcher, retrouvant une vie quasi-normale. Jean-Luc Reichmann, lui-même, est revenu sur le drame durant le documentaire, racontant qu’il s’était pris un choc frontal de 200km/h, fauché dans sa file, par une personne âgée victime d’un malaise cardiaque. « Le réservoir de la bécane me rentre dans le ventre, la rate explose, le capot avant se lève, me sectionne complètement le bras. Je n’ai plus de bras gauche. Je passe par-dessus la voiture et j’entends une seule chose, un mec qui dit ‘il est mort’. » se rappelle-t-il. Après la violente collision, son ami Marc se rend sur les lieux de l’accident, alors que l’animateur a déjà été transporté à l’hôpital. « Le choc a fait que Jean-Luc a été éjecté 40 mètres plus loin. Je garde en tête cette image où j’ai regardé les chaussures de Jean-Luc qui sont restées au pied de cette moto qui était complètement détruite. Il ne restait que la roue arrière. La voiture est pratiquement partagée en deux. » décrit celui qu’il connaît depuis l’enfance. « Quand je suis arrivé à l’hôpital. Il était dans son lit, il ne bougeait pas. Son visage était méconnaissable. J’ai détourné le regard. Je n’ai pas pu le regarder » ajoute-t-il. Un choc émotionnel brutal qu’a également vécu Bruno, le frère de Jean-Luc, qui est carrément tombé dans les pommes : « Ça a été monstrueux. Il était tout noir. C’était un hématome. Quand je l’ai vu, je pensais qu’il était mort »