Accueil 7Dimanche L'actualité de 7Dimanche

Assassinat de Shinzo Abe au Japon: voici comment se passe la protection rapprochée du Premier ministre Alexander De Croo

L’assassinat par balles de l’ancien Premier ministre japonais, Shinzo Abe, lors d’un meeting électoral à Nara a secoué le monde politique. Chez nous, le Premier ministre est sous haute surveillance…

« Depuis que je suis devenu officier de police en 1995, pendant ma carrière de plus de 27 ans, je n’ai pas de plus grand remords, pas de plus grand regret que celui-ci », a déclaré, la voix tremblante d’émotion, le chef de la police locale de Nara au sujet de la mort de Shinzo Abe.

de videos

En Belgique, il est peu probable que des personnes puissent encore s’approcher du Premier de cette façon et avoir le temps de sortir une arme, quelle qu’elle soit. Assurée tout un temps par la Sûreté de l’État, la sécurité du Premier ministre est assurée depuis quelques années par la police fédérale.

La protection du chef de l’État est assurée à tout moment. Que ce soit dans le cadre de ses fonctions, mais aussi dans sa vie privée.

« Il y a toujours une analyse qui est faite », précise la porte-parole de la police fédérale. « Pas seulement pour le Premier. Pour toute personne qui a besoin de protection, une analyse est menée afin de savoir si la personne a besoin d’une protection devant sa maison ou à l’extérieur. »

« Au niveau du cabinet du Premier ministre, au 16 de la rue de la Loi, les bâtiments sont étroitement surveillés par les membres de la DAB (NdlR : direction de la sécurisation) et parfois, par la police locale », continue notre interlocutrice.

Les autres missions de sécurisation du Premier sont assurées par les agents de la DAP, la direction de la protection. « Là ce sont vraiment des gens de la ‘close protection’. Ils sont littéralement tout près de la personne qu’ils protègent. » Ce sont les agents de la DAP qui prennent en charge l’ensemble des missions de protection spécialisées de la police fédérale.

À l’étranger, Alexander De Croo est également protégé. « Lorsqu’une personnalité étrangère vient en Belgique, c’est la police belge qui protège cette personne. Même si cette personne a ses propres gardes du corps. »

Et la situation s’inverse également lorsque le Premier belge se rend en déplacement dans un autre pays. « Lorsque la police belge se déplace, elle y va sans porter d’arme, car elle n’a pas de mandat pour le faire. Donc, c’est au pays qui accueille le VIP de le faire. »

En 2021, les agents de la DAP avaient assuré 2.361 jours consacrés à la protection des personnalités. Dont 365 pour protéger Alexander De Croo…

Combien de policiers pour surveiller le Premier ministre ? Ça, la police fédérale ne le dira pas, préférant faire preuve d’un maximum de discrétion sur le protocole de la protection du Premier.

Abonnement La Meuse, La Nouvelle Gazette, La Province, Nord Eclair et La Capitale

Aussi en L'actualité de 7Dimanche

Voir plus d'articles