Inondations à Rochefort, un an après: 400 maisons doivent encore être rénovées

Ces instants du 14 juillet 2021 restent dans la mémoire de tous les Rochefortois.
Ces instants du 14 juillet 2021 restent dans la mémoire de tous les Rochefortois. - V.L.

Le mercredi 14 juillet 2021, les inondations ont ravagé la commune de Rochefort. Des routes ont été arrachées par les torrents, des ponts ont été démolis, des maisons emportées et remplies d’eau… Les dégâts étaient importants. Au total, environ 1.450 ménages ont été touchés par les inondations, ce qui représente 3.000 habitants, soit 25 % de la population.

De nombreux citoyens ont eu peur pour leur vie.
De nombreux citoyens ont eu peur pour leur vie. - V.L.

Un an après le drame, le nouveau bourgmestre faisant-fonction, Julien Defaux (MR), dresse un bilan des dépenses publiques. « Nous avons une estimation des coûts des travaux réalisés et encore à réaliser sur les bâtiments publics de 800.000 euros », rapporte-t-il. Ceux-ci concernent les rénovations des deux écoles (l’école communale du Centre de Rochefort et l’école communale de Jemelle) ainsi que le hall sportif et la Maison des Jeunes. « Les deux écoles sont opérationnelles. Il reste uniquement des coups de peinture à donner. Par contre, dans l’école du Centre, il nous reste la piscine à rénover. Là, il y a de nombreux dégâts dans la tuyauterie. Une endoscopie a été réalisée mais le dossier est toujours à l’analyse. » Pour le hall sportif, il reste uniquement le bardage extérieur. « Quant à la Maison des Jeunes, il faut encore quelques coups de peinture. Nous avons donc bien avancé sur ces points-là. »

La rue de la Wamme, une rue fantôme

Côté voiries, le bourgmestre assure que la majorité des routes endommagées a été rénovée. « Il reste les deux passerelles cyclo-piétonnes, passant au-dessus de la Lhomme, à rénover. Une nous appartient, celle qui fait la liaison entre le parc des Roches et la piscine. Mais ce dossier est toujours à l’étude. Car, nous voulons des passerelles plus solides si nous devons faire face à nouveau à des inondations. » Le pont situé à la fin de la rue de la Lhomme est encore à réparer. « Quant au pont de la rue de l’Abattoir, il est encore à l’étude. On veut aussi le refaire de manière plus solide. Quant à celui de Villers-sur-Lesse, il appartient au SPW. Il n’a pas encore été réparé », souligne l’élu.

La Lhomme avait ravagé une partie de Rochefort et Jemelle.
La Lhomme avait ravagé une partie de Rochefort et Jemelle. - V.L.

Julien Defaux, bourgmestre f.f. de Rochefort.
Julien Defaux, bourgmestre f.f. de Rochefort. - D.R.

La rue Paul Nizan, fortement touchée lors des inondations, est elle toujours fermée à la circulation. « On attend l’intervention du sous-traitant Ores pour la fin septembre. Suite à cela, les travaux pourront débuter. »

Au total, une dizaine de maisons ont été emportées par les eaux ou totalement démolies. 400 doivent encore être rénovées. « Plus rien ne doit être démoli », rassure le bourgmestre. Il souligne que la rue de la Wamme à Jemelle est devenue un endroit fantôme. « Là, les habitants ont bien souffert. Plusieurs maisons y ont été abattues et d’autres sont en rénovation. Les habitants ne sont plus là. Ça fait effectivement très vide. »

Des ponts n’ont toujours pas été reconstruits.
Des ponts n’ont toujours pas été reconstruits. - V.L.

Des logements modulaires

Sur les 1.450 ménages sinistrés, tous n’ont pas dû quitter leur maison. « Certains avaient 5 cm d’eau. Ceux-là font partie des sinistrés mais n’ont évidemment pas été relogés puisqu’ils pouvaient habiter chez eux ».

Des images toujours aussi impressionnantes, un an plus tard.
Des images toujours aussi impressionnantes, un an plus tard. - V.L.

Au total, le CPAS de Rochefort loge 10 familles dans des logements modulaires, acquis par la Ville suite aux inondations. « Les familles s’y succèdent. Certaines restent deux mois ou plus. D’autres partent vite. »

Pour le bourgmestre, la vie reprend donc son cours à Rochefort, même s’il reste des travaux à faire.

Julien Defaux croise les doigts pour que sa commune ne soit plus confrontée à un tel drame. Pour l’instant, Rochefort fait face, à l’inverse de juillet 2021, à une pénurie d’eau.

S.D.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo