Le Journal de la rentrée - Retrouvez les photos de vos enfants dans votre journal LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

La secrétaire d’Etat au Budget appelle à nouveau à des réformes à long terme

Belgaimage-33235844
Belga

A politique inchangée, le déficit menace en effet d’atteindre 5,1% du PIB cette année, soit environ 28 milliards d’euros, rapportent différents médias vendredi matin. En 2023, il serait ramené à 4,6% avant de remonter les années suivantes, plombé par la sécurité sociale. Quant au taux d’endettement, il devrait atteindre 116 % d’ici 2027.

Dans ce contexte, Eva De Bleeker réitère son appel à maîtriser les finances publiques. «Aujourd’hui, on est aussi confronté à des demandes de soutien au pouvoir d’achat, mais il faut se rendre compte que l’État ne peut pas intervenir pour tout et qu’il faut regarder l’effet de telles dépenses à plus long terme», a-t-elle dit.

«Nous devons bien sûr continuer à soutenir les plus vulnérables mais l’argent n’est tout simplement pas là pour continuer à tout soutenir. D’autant que nous accablerions les générations futures d’une gigantesque montagne de dettes», a ajouté la secrétaire d’Etat en rappelant que les taux augmentent et que l’argent «n’est plus gratuit».

«Actuellement, la dette est assez bien maîtrisée, car elle est garantie à un taux d’intérêt faible.» Mais avec le risque que les charges d’intérêts augmentent dans les années à venir, «il est important qu’aucune dette supplémentaire ne soit contractée», a-t-elle poursuivi.

Eva De Bleeker s’est enfin dite confiante que le gouvernement parvienne à trouver un accord dans l’épineux dossier des pensions. «Tout le monde est désormais conscient que le système doit rester payable», a-t-elle assuré. Une nouvelle réunion de l’exécutif est prévue samedi matin sur le sujet.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo