Une vie après Top Chef

Arnaud Delvenne.
Arnaud Delvenne. - M6

« Top Chef », cette compétition télévisuelle destinée aux cuisiniers professionnels, vient de refermer sa 13e édition. Jamais un candidat belge ne s’y était aussi bien comporté. Candidats belges obligatoires puisque l’émission est diffusée chez nous par RTL. Un panel exclusivement masculin, ceci dit en passant…

Le vétéran c’est Alexandre Dionisio, candidat de la première édition en 2010, qui n’a pas tardé à trouver ses marques dans la gastronomie. Il est aujourd’hui aux commandes du restaurant avec vue (25eme étage Avenue Louise) de « Villa in the sky », étoilé Michelin.

Jean-Philippe Watteyne, que les téléspectateurs ont apprécié dans « Les Ambassadeurs », a renoncé à ses ambitions gastronomiques. Le chef qui travaille fort en s’amusant a créé à Mons le concept de « La Mitraillette », où l’on déguste une déclinaison de cette spécialité bien belge en même temps que d’authentiques plats de terroir. Il veille aussi sur la carte du « The 140 », le restaurant du Sofitel Brussels Europe.

Julien Lapraille entretient son image à travers la radio et la télévision (RTL). Cuisinier à domicile, il anime aussi des ateliers et vous accueille à Marbehan, sa région, dans son magasin de terroir « Le Marché de Julien ».

La région namuroise est un véritable vivier pour les candidats à Top Chef. Carl Gillain dirige la table réputée du Royal Snail, luxueux hôtel de la capitale wallonne, Julien Wauthier est chef à La Plage d’Amée (Jambes), Jérémy Vandernoot a installé son « Yirmi » à Malonne. Kevin Roquet est cuisinier à domicile et enseigne à l’École provinciale d’hôtellerie de Namur.

Alexandre Moormann, candidat 2016, est consultant (notamment pour les aéroports de Nantes et Charleroi). Martin Volkaerts travaille dans l’établissement familial et très bien noté de « L’Amandier » à Genval. Sébastien Oger est chef à domicile à travers sa structure O2Sens (Perwez). Paul Delrez (candidat 2019) fait tourner avec succès « La Guinguette en ville » de la Place du Béguinage à Bruxelles. Maxime Zimmer (« Un max de goût » à Comblain-au-Pont) a été élu il y a deux ans jeune chef wallon de l’année par Gault Millau. Et on a un peu de mal à suivre la trace, tout sauf rectiligne, de Maximilien Dienst, popularisé en télévision par le non conventionnel « Max et Vénus », qui avait mis le cap sur la Thaïlande avant de revenir sur notre continent. Mallory Gabsi, plus jeune candidat de l’histoire de l’émission à se hisser en demi-finale, a mis le cap sur Paris où il a ouvert un restaurant à son nom dans le 17e. À Bruxelles, avec la complicité de son binôme, Adrien Cachot, il veille sur 140 degrés, des friteries mais pas que, installées au Wolf et à la Gare Maritime.

Quant aux candidats de la dernière édition, ils tirent plutôt bien leur épingle du jeu. Elliott Van De Velde est impliqué dans « Hearth Project », une association écoresponsable qui promeut les notions de durabilité, zéro déchet, préparation des invendus. Il la met en action à « Entropy » (Place Saint-Géry à Bruxelles). Logan Depuydt est solidement installé depuis 2014 à Falaën (« L’Artiste ») et élabore la carte du restaurant des Cafés Delahaut sur le site d’Ecolys à Suarlée.

Et bien sûr, Arnaud Delvenne (37 ans) qui a terminé deuxième de cette édition 2022, se démultiplie. Du livre de recettes à la radio, en passant par une tablette de chocolat, il a créé à Liège, en face de l’Université, un « Nono », restaurant sympathique qui ne désemplit guère. Et il trouve encore du temps à consacrer au concept des Bistrots Pas Parisiens qui, au nombre de 9 restaurants et une pâtisserie, ont ajouté une table « Top chef » à Suresnes vers laquelle il effectue des allers-retours.

On ne jurera pas qu’on n’a oublié personne, mais l’essentiel est là. Et manifestement « Top chef » n’a pas découragé ses candidats belges qui ont persévéré dans la profession avec bien des bonheurs qu’on leur souhaite pour longtemps encore…

Notre sélection vidéo
Aussi en Recettes