Accueil 7Dimanche L'actualité de 7Dimanche

«La famille ne veut pas revenir chez elle»

Mercredi, la famille Boujamaoui a perdu trois enfants dans un accident au Maroc. Dévastés, le père, la mère et la sœur aînée, ne veulent plus revenir au domicile familial, chargé de tous leurs souvenirs.

Un drame. Voilà ce qu’est en train de vivre la famille Boujamaoui, originaire de la commune d’Ans à Liège. Ce mercredi, elle passait des vacances dans leur famille au Maroc. C’est alors qu’un premier terrible accident est survenu.

Lors d’une excursion à l’Oasis de Fint, située dans la région de Ouarzazate au sud du Maroc, l’un des cousins de la famille se noie. Et malgré l’intervention des secours, la jeune victime succombe à la noyade. Un convoi se met alors en route pour rentrer, le cœur lourd.

Les trois enfants de la famille Boujamaoui, Youssef 13 ans, Yassin bientôt 5 ans et Ibtissam 15 ans, se trouvent dans un véhicule avec plusieurs cousins, la belle-sœur de Brahim (le père) et son frère. La voiture est conduite par l’oncle des enfants qui, très attristé et sous le choc, aurait fait un malaise au volant. Le véhicule sort de la route.

Plusieurs membres de la famille Boujamaoui perdent la vie. Le jeune Youssef, son petit frère et sa sœur sont décédés sur place. Deux de leurs cousins sont également morts dans l’accident et l’une des tantes des enfants est décédée vendredi des suites de ses blessures.

Le père, la mère et la sœur aînée (qui n’étaient pas présentes à l’excursion) sont toujours en vie et ont prévu de revenir en Belgique pour le mois d’août. Mais selon nos informations, le chagrin est tel qu’ils ne veulent plus revenir chez eux. Dans ce foyer où ils vivaient à six, et où ils ne seront malheureusement plus que trois.

« Leur trouver un autre logement »

Alertée par cette situation, la commune d’Ans se dit prête à aider la famille, qui loue un logement social dans la cité Al’Trappe à Alleur : « On peut imaginer que la famille éprouve des difficultés à rentrer chez elle, là où elle a tous les souvenirs des enfants », explique Walther Herben, bourgmestre ff. « L’idée est, moyennant leur accord, de voir avec la Société de logements du Plateau, et avec l’agence immobilière sociale, si on peut leur trouver un logement de rechange temporaire. Le temps qu’il faudra. Le temps qu’ils acceptent ou non de rentrer chez eux. S’ils manifestent ce souhait, alors nous ferons le maximum pour les aider ».

Les funérailles ont déjà eu lieu. Les enfants Boujamaoui ont été enterrés au Maroc.

Stefano Barattini

Un n° de compte ouvert

Le drame de la famille Boujamaoui a suscité une vive émotion à Liège, mais plus particulièrement au sein de leur commune, à Ans.

Très rapidement, la communauté musulmane et marocaine ansoise a mis les choses en route. « Ils vont revenir pour le mois d’août. Et ils vont devoir tout reconstruire. Ils ne savent même pas revenir là où ils vivaient. Il va donc falloir les aider. On s’active avec la commune pour leur trouver un logement de dépannage. Donc, pour les personnes désireuses de faire un don, vous pouvez effectuer vos versements sur le compte bancaire du Centre Islamique et Culturel d’Ans : BE02 1030 2577 9840. Avec la communication : « Don social Boujamaoui ». D’avance merci pour votre soutien. », explique Ahmed Rassili, conseiller communal à Ans et membre de la communauté marocaine.

Notre sélection vidéo
Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Aussi en L'actualité de 7Dimanche

Voir plus d'articles