Sudinfo a réuni Marc Delire et Xavier, le supporter de l’Union qui a fait le buzz: «Je n’ai pas encore vu la vidéo, j’ai trop peur d’être ridicule»

Vidéo
dfdgdgfgfgf

Il voulait le retrouver, « s’il était encore quelque part ». La semaine dernière, à l’issue de la rencontre entre l’Union et le Sporting de Charleroi, Marc Delire était en pleurs. Non pas que le journaliste sportif d’Eleven fût déçu par le résultat mais il avait découvert l’interview d’après-match réalisée par son collègue, François-Nicolas Sepulchre. Il pleurait de rire…

Cette séquence où on voyait l’ingénieur de gestion, habitant Thy-le-Château (Walcourt), lancer son « au bar, au bar, au bar » a été vue par 103.000 internautes. Qui ont admiré son côté « sincère » et « authentique ». C’est ce qu’a souligné Marc Delire, ce jeudi, lors de leur rencontre dans nos locaux. « La gentillesse et la sympathie, c’est ça qui a touché le gens » explique le Namurois au supporter qui est ingénieur de gestion dans la vie de tous les jours. « Depuis ce week-end, tout le monde m’en parle. De la boulangerie à la caisse du Match au libraire… même ma belle-mère qui ne s’intéresse pas au football. Tu es devenu un phénomène, une star. En plus, tu as le physique de l’emploi. Tu es quelqu’un de sympathique ».

« J’ai un Bob, mon ami Quentin »

« Pour être tout à fait honnête, la vidéo, je ne l’ai pas encore vue. J’ai trop peur d’être ridicule », avoue Xavier. « Détrompe-toi, il n’y a absolument rien de ridicule. Tout est génie. Dans ta prestation, dans ta prestance, dans ta manière de t’adresser à la caméra. Ce relevé de mèche, les mots que tu choisis et le bar, bar, bar qui est devenu viral. Tu fais d’ores et déjà partie de l’année 2022 », rassure Marc qui s’y connaît en matière de buzz.

L’alcool coule donc à flots à l’Union mais il n’est évidemment pas question de faire son apologie. C’est surtout la bonne humeur qui est palpable au stade Marien. Xavier tient à rassurer d’ailleurs Benoît Godart, le porte-parole de Vias. « J’ai chaque fois un Bob avec moi. Quentin, un ami. C’est d’ailleurs celui qui m’a fait connaître l’ambiance de l’Union. Il est, comme moi, originaire de Charleroi mais habite à Bruxelles ». L’homme que nous avons interviewé mardi avait émis des doutes sur la faculté de Marc Delire à suivre la cadence de 6 à 7 bières à l’heure. La réponse du journaliste, qui se retranche derrière un message de son ami Philippe Albert à l’adresse de Xavier : « Dites-lui qu’une bière toutes les dix minutes, c’est un régime de fillette ». « Je n’ai pas la même descente que Philippe qui a toujours un Bob chaque fois qu’il se déplace », précise-t-il. « On ne boit pas seul, c’est une question de partage et on est toujours bien accompagné quand on est à l’Union », répond Xavier qui, aussi incroyable cela peut paraître, est de la famille lointaine d’un certain Arjen Robben, l’ex-vedette du football hollandais. « De par mon grand-père », confie celui qui, quand il était à l’école, a eu un certain Felice Mazzu comme professeur de gymnastique. Cela ne s’invente pas.

La Belgique est certes aussi grande qu’un mouchoir de poche mais, comme l’explique Marc Delire, l’Union est un monde à part. « Il n’y a pas une fausse note à l’Union. Ils ont tiré le foot vers le haut ».

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo