Le Journal de la rentrée - Retrouvez les photos de vos enfants dans votre journal LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

Amber, 21 ans, voulait offrir ses premières vacances à son fils mais a vite déchanté: «Nous avons dû faire demi-tour»

294617350_388829026573165_3650294370224135799_n
Facebook

Amber, 21 ans, voulait offrir ses premières vacances à Riley, son fils de cinq mois. La Britannique avait donc trouvé une location pas cher dans le Lincolnshire : un séjour dans une caravane privée pour 300£ (soit 357 euros). Elle avait également décidé d’emmener avec elle sa maman, atteinte de la maladie de Parkinson, et la famille du soignant qui s’occupait d’elle.

La réservation avait donc été faite pour le lundi 1er août via une annonce trouvée sur un groupe Facebook. « Je ne l’avais jamais fait auparavant mais j’ai des amis qui le font alors j’ai pensé que ça se passerait bien », confie-t-elle au Mirror. Amber avait finalement été contacté par une certaine Amiee avec qui elle avait trouvé un arrangement : un acompte de 100£ versé tout de suite et le reste à son arrivée lors de la remise des clés. Mais une fois sur place, après un trajet en voiture de 100 kilomètres personne ne s’est présentée. Malgré un message de la propriétaire lui annonçant qu’elle était « en route », le monde d’Amber s’est rapidement écroulé.

Car elle a vite compris qu’il s’agissait d’une arnaque puisqu’une autre famille occupait la caravane en question et que la fameuse « Amiee » ne répondait plus à aucun message. Après avoir attendu en vain pendant deux heures, la jeune femme et sa famille ont dû faire demi-tour et rentrer chez eux. Bref des vacances gâchées et une Amber « absolument dégoûtée ». « C’était les premières vacances de mon fils, nous étions vraiment excités pour ces vacances », conclut-elle.

Elle pourra se consoler en se disant que d’autres personnes ont également vécu une expérience similaire puisque de nombreux témoignages ont émergé après son histoire.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo