«J’ai tué mon père»: la terrible histoire de l’affaire Anthony Templet racontée pour la première fois, sur Netflix

AAAABfpnTmy6xSslX0bjAjgYnsTdQWrBe6o3qdzd-O5IteE-NTNUZKLDgJyRxg7kiR8aODWUx9nxj6gx
Netflix

Dans la même veine que l’excellent « Girl in the picture : crime en abîme » et signé par la même réalisatrice, Skye Borgman se penche ici sur l’histoire, le parcours et le profil mental et émotionnel d’Anthony Templet qui a abattu son père en 2019 après une dispute dans leur maison de Louisiane. « Ce dernier ne s’en est d’ailleurs jamais caché. Mais les raisons de son geste sont complexes, et leurs implications dépassent de loin le cercle familial », annonce Netflix.

L’histoire découpée dans une série de trois épisodes démarre le 3 juin 2019 quand Anthony Templet, 17 ans, appelle le 911 et annonce aux policiers qu’il vient de tuer son père. Les circonstances du meurtre : Burt, était en colère contre son fils et s’est lancé dans une dispute qui s’est intensifiée lorsqu’il a tenté de frapper Anthony. Ce dernier s’est ensuite échappé pour attraper une arme à feu. L’adolescent a tiré, Burt s’est effondré tout en suppliant son fils de s’arrêter. Il a alors tiré deux autres coups de feu ne laissant aucune chance à sa victime. Un meurtre de sang-froid.

Bien évidemment, l’affaire est loin d’être aussi simple. Ce documentaire nous plonge au cœur des nombreux abus dont Anthony a été victime tout au long de son enfance, au point qu’il était considéré comme enfant disparu. On ne vous en dira pas plus sur le comportement du père, l’enfance d’Anthony, mais cela nous amène à la question centrale du documentaire : était-ce de la légitime défense ? Témoignages de l’intéressé, de sa mère, avocats et policiers et quelques photos de famille appuient cette reconstitution qui vous tiendra en haleine.

« J’ai tué mon père », disponible sur Netflix.