Bref essai: Citroën C4, tout en douceur

C4 1

Alors que la précédente C4 était une voiture tout ce qu’il y a de plus classique, tendance oblige, l’actuelle génération (la troisième) joue dans la cour des SUV et autres crossovers avec de grosses roues et une garde au sol relevée, mais aussi un style particulier, qui n’aurait pas été pour déplaire à certaines marques japonaises.

À bord

Le modèle qui nous est confié pour cet essai est un haut de gamme Pack Shine. Clé en poche, la voiture se déverrouille à notre arrivée. Une fois à bord, on découvre de superbes sièges en cuir, chauffants, massants et à réglages électriques. Nous avons été gâtés, il s’agit d’une option à 1.290 €. Leur moelleux ne laisse planer aucun doute, nous sommes bien à bord d’une Citroën. Fait appréciable, outre des matériaux de qualité, les rangements sont très nombreux et bien pensés, avec face au passager un véritable tiroir qui pourra accueillir un ordinateur portable ou une tablette. Moyennant un petit accessoire, le passager pourra même fixer sa tablette face à lui grâce à un support escamotable dans le tableau de bord. Génial !

D.R.

Sous les yeux du conducteur, l’instrumentation est entièrement numérique. Passe encore pour l’impossibilité de personnaliser l’affichage, mais les dimensions de l’écran sont vraiment ridiculement petites (5,5 pouces). Cela dit, toutes les informations nécessaires s’y trouvent. Au centre du tableau de bord, l’écran du système d’info-divertissement est bien intégré et possède deux touches de raccourcis (une pour l’écran d’accueil et une autre pour l’accès aux réglages). Rien à redire à ce sujet, si ce n’est que la réception du signal DAB est vraiment médiocre et que la qualité de l’image de la caméra de recul laisse à désirer. Un bon point cependant pour la platine de réglages de la climatisation dotée de « vrais » boutons.

À l’arrière, grâce au grand empattement (2,70 m entre l’axe des roues avant et celui des roues arrière), les passagers latéraux disposent de suffisamment de place pour leurs jambes. Celui du milieu, évidemment, est un peu plus à l’étroit.

Fait inhérent au style de la carrosserie, le seuil du coffre est assez élevé. Le plancher affleurant est amovible, et dissimule un bel espace de rangement supplémentaire. On dispose ainsi d’un volume utile de 340 ou 380 litres en fonction de la position du plancher amovible et de 1.250 litres sièges arrière rabattus. Des valeurs parfaitement dans la moyenne du segment.

D.R.

Terminons ce chapitre en précisant que la lunette arrière en deux parties ne plaira peut-être pas à tout le monde en matière de visibilité, d’autant qu’aucun essuie-glace n’est prévu.

Sur la route

Le gros point fort de ce modèle est la qualité de son amortissement. Dans sa catégorie, la C4 est certainement la seule à offrir un tel niveau de moelleux. Pour autant, les mouvements de caisse sont bien maîtrisés. Bref, un niveau de confort remarquable. La direction se montre tout aussi douce et légère, tout comme les actions du système d’aide au maintien dans la voie que nous n’avons même pas cherché à déconnecter. En donnant à ce point la priorité au confort, la C4 n’est évidemment pas très dynamique dans son comportement. Mais est-ce vraiment ce que l’on demande à une familiale de ce genre ?

D.R.

Se caractérisant par une sonorité particulière, le 3 cylindres PureTech de 130 ch nous a lui aussi donné entière satisfaction. Certes, dans sa catégorie, il n’est pas celui qui bénéficie de la meilleure insonorisation vibratoire, mais on ne peut qu’apprécier sa disponibilité à bas régimes et son allonge dès qu’on le sollicite davantage. Notre modèle d’essai était équipé de la boîte automatique EAT8. Ici aussi, ce n’est pas ce qui se fait de mieux (quelques légers à-coups restent perceptibles), mais l’agrément que confère cette boîte répond tout de même aux attentes. On ne peut donc que la recommander (1.638 € de supplément).

Budget

Le modèle mis à notre disposition coûte 33.000 €. Compte-tenu de la richesse de sa dotation (régulateur de vitesse adaptatif avec fonction stop & go, reconnaissance des panneaux routier, aide au maintien dans la voie, contrôle de l’angle mort, caméra de recul, affichage tête haute, climatisation automatique bizone, accès/démarrage mains libres, phares à LED avec commutation automatique des feux de route, navigation connectée, etc.), on peut dire qu’il profite d’un très bon rapport prix/équipement.

Conclusion

C’est indéniable, la Citroën C4 est la voiture la plus confortable de son segment. Un vrai plaisir au quotidien, en tout cas pour ceux qui privilégient la douceur au dynamisme du comportement. Son positionnement tarifaire est aussi avantageux, avec des prix débutant à 22.851 €. En fait, le plus difficile avec la C4, c’est de se faire à ses lignes torturées. Mais bon, les goûts et les couleurs…

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo