Un incendie s’est déclaré sur le site de l’ancienne cokerie d’Anderlues (vidéo)

Vidéo
Le feu a été circonscrit peu avant 19 heures.
Le feu a été circonscrit peu avant 19 heures. - FVH

Les fumées se voient au loin, noires et impressionnantes… Le feu a pris sur le site de l’ancienne cokerie à Anderlues, situé rues Picot et de la Résistance.

Les habitants sont priés pour le moment de fermer leurs fenêtres : d’après la bourgmestre d’Anderlues, Virginie Gonzalez, il s’agit d’un feu de déchets, notamment de pneus de bulldozer, qui a pris sur ce terrain privé. Peu avant 19 heures, l’incendie a été circonscrit par l’important déploiement des pompiers : les hommes du feu de Binche, Thuin, Marcinelle, Beaumont et La Louvière, sous les ordres du capitaine Berrendorf, avaient convergé sur les lieux. Les policiers des zones Lermes et Anderlues-Binche sont également intervenus.

« Un incident similaire avait déjà eu lieu là il y a quelques semaines : des containers installés là avaient été squattés et le feu avait été bouté. Peut-être s’agit-il ici aussi d’un acte volontaire. » L’enquête devra le déterminer.

Le propriétaire : « J’en ai marre »

Deux incidents en quelques semaines à peine. De quoi irriter sérieusement Biago Cara, le propriétaire du site depuis fin 2005. « Je sais que des individus viennent squatter les bâtiments ou que d’autres viennent sur le site pour faire des photos. Mais ils ne se rendent pas compte qu’il s’agit d’un site dangereux, qu’ils peuvent se blesser ou tomber dans un trou sans possibilité d’en sortir par eux-mêmes… Il y a d’autres sites similaires en Belgique sur lesquels des enfants ont déjà perdu la vie. Je ne veux pas que ça se produise ici. »

Voici deux semaines, ce sont d’anciens bureaux qui ont été détruits. « Pas des squatteurs, visiblement. » Ici, le feu aurait été volontairement bouté à un tas d’immondices, dont des pneus, nous indique M. Cara. « C’est impossible pour moi de fermer tout le site avec une clôture, les gens les détruiraient et passeraient quand même. J’en ai marre de cette situation. »

Le propriétaire nous indique également avoir introduit une demande de permis pour démolir les bâtiments, afin de sécuriser le site. Demande qui a été rejetée. « Pourtant, il y a urgence ! »

Retrouvez cet article et toute l'info de votre région dans notre nouvelle application Sudinfo. Téléchargez-la maintenant ici.