Un homme handicapé reçoit une amende injustifiée de 80€ alors qu’il rend visite à sa mère atteinte d’un cancer: «Ce n’était pas clair...»

lorenzo-hamers-1dvanEjFsz0-unsplash
Unsplash

Bryan Grieve, un homme handicapé de 48 ans, et son épouse, allaient fréquemment voir la mère de celui-ci, atteinte d’un cancer, à l’hôpital. Mais fin juin, le Britannique constate que l’horodateur grâce auquel il paie habituellement son parking est en panne.

Dès lors, il a décidé d’utiliser l’emplacement pour handicapés auquel il a droit car il souffre d’arthrite grave aux genoux, et a été surpris de recevoir malgré tout une amende de 80 € des semaines plus tard. Lorsqu’il a contesté l’amende, cela a été rejeté à sa grande incompréhension. La société qui gère le parking, Parking Eye, avait alors affirmé qu’il n’avait pas essayé d’introduire sa plaque d’immatriculation dans la machine.

Bryan a estimé que son appel avait été rejeté parce qu’il n’avait pas fourni la preuve du fait que l’horodateur était cassé et, une fois la question soulevée auprès des équipes de gestion de l’hôpital, l’amende a finalement pu être annulée.

« Je suis heureux que ce soit terminé, surtout avec tout le temps et le stress que cela a engendré. Nous n'avons pas réalisé que la machine était mise en cause, ce n'était pas clair dans l'avis. Ils ont juste dit que nous n'avions pas payé », explique le Britannique.

Bryan ne cache pas que la situation l’a beaucoup stressé : « Si vous êtes à l'hôpital, vous êtes soumis à un stress extrême. Vous êtes présent parce que vous ou un membre de votre famille est malade. Ce n’est pas sain d’ajouter un stress supplémentaire à tout cela. »

Un porte-parole de la société de gestion de l’hôpital a présenté ses excuses à Bryan : «  Nous nous excusons pour toute cette confusion. Maintenant que nous connaissons tous les détails des circonstances atténuantes de cette situation, nous allons, bien sûr, renoncer à l'amende par le biais de notre société de gestion de parking ParkingEye. »

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo