En ce momentNouveau SudinfoCharleroi - StandardCrise énergétique Accueil Actualités Belgique

Luc Hennart répond à toutes nos questions sur le procès des attentats de Bruxelles: «Impératif que le public puisse y assister»

À un mois de l’ouverture du procès des attentats de Bruxelles, certaines questions ne sont toujours pas tranchées. Le juge Luc Hennard nous répond à quelques mètres de la salle d’audience.

Tout au long du procès qui devrait durer plusieurs mois, Luc Hennart assurera la communication de la cour d’assises. Nous avons rendez-vous avec lui dans l’ancien siège de l’Otan transformé en Palais de Justice. Interdiction d’aller au-delà du couloir qui mène à la salle d’audience. Nous nous installons donc devant l’entrée.

À un mois de l’ouverture, pourquoi ne pas nous montrer la salle d’audience et nous limiter au couloir. C’est tabou comme sujet ?

Non mais ceux qui sont à la manœuvre, le SPF Justice notamment, préféreraient montrer la salle quand elle sera définitivement terminée. Je dis définitivement entre guillemets puisque la question des box pour les accusés fait débat.

La photo des 9 cages de verre et du petit trou qui permettra à l’avocat de parler à son client a fait polémique ces derniers jours. Pour certains, la cage induit la culpabilité. Qui a eu cette idée ?

Il y a eu discussion et la discussion est aujourd’hui terminée. Les représentants de la cour d’appel ont fait valoir des arguments mais nos interlocuteurs sont restés relativement sourds. Les box sont là. C’est le SPF justice qui a eu le dernier mot et aujourd’hui le sort de ce box est entre les mains de la présidente de la cour d’assises.

Les box vont-ils rester en place?
Les box vont-ils rester en place? - D.R.

Le 12 septembre, lors de l’audience préliminaire, on imagine mal une présidente de cour d’assises décider de détruire des box à ce point validés par les hautes autorités de l’État. Ne nous dites pas qu’elle aura le cran de le faire ?

Je vais vous contredire, oui elle l’aura. C’est la présidente de la cour d’assises qui aura le dernier mot après avoir entendu les arguments des différentes parties. Les plus hautes autorités peuvent avoir discuté, c’est la Cour qui décidera si, oui ou non, les box sont maintenus.

Dans la salle d’audience principale, les victimes seront-elles proches des accusés ?

De facto quand des accusés et des victimes se retrouvent dans un même espace il y a, non pas un contact, mais une possibilité de se voir. Ce face-à-face est terrible pour les victimes mais pour les accusés c’est aussi un moment essentiel, puisque présumé innocents, ils exprimeront leur position par rapport aux faits.

le couloir
D.R.

Il y 8 salles aménagées. Certains ne verront le procès que par écran vidéo interposé ?

Il y a une salle principale avec les accusés et les jurés. Dans chacune des autres salles, les débats seront retransmis sur écran géant. Quand un avocat aura une question, il se manifestera auprès du greffier présent dans la salle.

Un procès d’assises est censé être public. Nous avons dû passer deux check-points et nous sommes surveillés par un agent de sécurité. Le public pourra vraiment venir librement ?

Il est impératif que le public puisse assister à un procès, c’est le contrôle démocratique. Les personnes qui viendront devront passer par les portiques de sécurité et les scanners. Si elles passent sans encombre ces contrôles, elles pourront suivre le procès dans une salle prévue pour le public.

securite
D.R.

Très pratiquement, vu le monde attendu, est-ce qu’il y aura une cantine sur le site et est-ce que tout le monde sera obligé de se mélanger ?

Dans tous les palais de justice, tout le monde se croise. C’est inhérent à un procès, c’est ce que j’appelle l’alchimie d’une audience. La justice, c’est aussi ce rendez-vous terrible entre les auteurs potentiels et les victimes. La gestion de cette rencontre incombe aux forces de l’ordre.

Et la cantine ?

Oui il y aura une cantine. Ce qui doit encore être tranché c’est la question du prix ou de la gratuité mais il y aura de quoi se restaurer. Lors d’un procès test réalisé récemment, personne ne pouvait emporter de nourriture sur le site et cela avait fait beaucoup de bruit. À ce stade, on ne sait pas encore si on pourra apporter son pique-nique

Vous avez besoin de 36 jurés pour le procès. Vous les aurez ?

Pour en avoir 36, 500 personnes ont été contactées. On ne constate pas plus de désistements que dans d’autres procès. L’audience du 12 septembre porte plutôt sur les éléments techniques. Le jury sera constitué le 10 octobre. Les jurés ne dormiront pas sur le site. Ils retourneront à une vie normale le soir.

Sudinfo

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles