«She-Hulk»: une superhéroïne pas assez musclée? Tatiana Maslany, son interprète, nous répond!

Exclusif
she-hulk-ouverture
Disney/Marvel

C’est devenu un rituel. Une série Marvel à peine achevée, il suffit d’attendre gentiment quelques semaines pour voir la suivante débarquer sur Disney+. C’est réglé comme du papier à musique. Après « Miss Marvel », voici donc qu’arrive « She-Hulk : avocate » dans tout juste une semaine. Dans ce feuilleton, qui présente une grande part de comédie (la presse n’a malheureusement pas pu voir la série à l’avance), on suit Jennifer Walters, une avocate, cousine de Bruce Banner (Hulk en personne), qui va hériter des pouvoirs de son géant vert de cousin à la suite d’une transfusion sanguine. Elle devient alors l’avocate des superhumains.

Depuis que Disney en a dévoilé les premières images, la série a fait couler beaucoup d’encre. Principal reproche : She-Hulk n’est pas assez musclée. Certes, aucune des superhéroïnes Marvel (Black Widow, la Sorcière Rouge) n’a présenté jusqu’ici un look de culturiste. Généralement, elles affichent même plutôt la taille mannequin. Mais ici, on parle du pendant féminin de Hulk ! Bien sûr, elle a quand même des biscotos un peu plus saillants que la moyenne, mais on est très loin de la super-musculature de son malabar de cousin. Ce qui a mis pas mal de fans verts de rage !

Nous avons eu l’occasion d’interviewer l’interprète de She-Hulk, Tatiana Maslany (la star de « Orphan Black »), et de lui demander les raisons cette différence de traitement entre les deux personnages, un changement que certains jugent sexiste ! « C’est une excellente question. Je n’ai pas une réponse directe à vous donner, car je n’ai pas eu mon mot à dire sur son look. Mais ce que je trouve intéressant, c’est que c’est devenu un sujet de conversation sur les réseaux sociaux. Les gens se demandent si le corps de She-Hulk correspond à l’image qu’ils s’en faisaient parce que c’est une femme. Et tout le monde a son opinion et l’exprime, alors que personne n’a jamais discuté comme ça de la morphologie de Hulk. Mais je pense que cette aspiration pour une femme musclée est réelle et je comprends que certains aimeraient voir ça. »

Un corps d’athlète, pas de bodybuildeuse

La réalisatrice Kat Coiro a de son côté répondu plus explicitement à la polémique lors d’une rencontre il y a quelques jours avec la presse. « Nous avons beaucoup réfléchi au type de corps qu’elle devait avoir et nous avons pris exemple sur les corps des athlètes olympiques et non des bodybuildeuses. Je pense que si nous avions choisi la deuxième option, nous aurions eu les mêmes critiques. C’est très difficile de gagner quand on imagine des corps de femmes. Je pense que toutes ces réactions viennent du fait qu’elle est très différente de tout ce que nous avons vu. Quand vous pensez à Thanos ou à Hulk, ils ont une dureté et un volume qui les rendent tellement différents. Et quand vous la voyez, c’est presque choquant parce que nous n’avons jamais vu ça avant. »

Reste qu’un des responsables des effets spéciaux de Marvel a jeté un pavé dans la mare en révélant que le corps de She-Hulk n’avait pas toujours été envisagé ainsi. « Apparemment, elle était beaucoup plus grande au départ », a-t-il expliqué sur Twitter. « Mais les instructions nous ont demandé de la faire plus petite. Nous roulons toujours des yeux face à ce genre de demandes, mais à la fin de la journée de travail, les artistes suivent les ordres. »

Au passage, les critiques ne concernent d’ailleurs pas que la morphologie de l’héroïne, mais aussi la qualité des effets spéciaux, qui ont dû être réalisés visiblement un peu trop à la hâte et seraient bâclés, des fans n’hésitant pas à comparer She-Hulk à Fiona, la femme de Shrek ! « En ce qui concerne les images de synthèse, je crois que les critiques sont liées au fait que notre culture croit posséder les corps des femmes », rétorque la réalisatrice. « Je pense qu’une partie des reproches vient du fait que les hommes ont l’impression qu’ils arriveront à mettre en pièces cette femme modifiée numériquement. »

Désormais, il ne reste plus qu’à attendre la sortie de la série pour savoir si la polémique va s’éteindre d’elle-même ou si, au contraire, elle va s’enflammer et encore un peu plus embraser la toile…

« She-Hulk : avocate », disponible sur Disney+.