Grégori est découragé, cet enseignant binchois a vu son salaire être amputé de 500€: «C’est déconcertant d’être traité de cette manière»

Témoignage
Gérgori Severino espère récupérer dix mois d’impayés, et surtout, dix années d’ancienneté «zappées» sans bonne raison, selon lui.
Gérgori Severino espère récupérer dix mois d’impayés, et surtout, dix années d’ancienneté «zappées» sans bonne raison, selon lui. - L. de Decker/Photo prétexte B.L.

L’histoire de Grégori Severino est singulière. Ce Binchois, professeur de sciences et de technologie dans le secondaire inférieur, a perdu dix ans d’ancienneté. Il hésite entre attendre encore un peu, changer de métier et aller en justice pour récupérer ce à quoi il estime avoir droit.

Sorti en 2008 de la Haute Ecole Louvain en Hainaut, à Mons, comme régent en sciences, Grégori Severino a d’abord enseigné un an à l’Athénée Royal Campin à Tournai, dans l’enseignement « organisé ». Il a ensuite intégré, pendant dix ans, un Service d’Accrochage Scolaire à Mons. Il retourne ensuite dans l’enseignement organisé classique pour donner cours en 2020 et 2021 à Erquelinnes et à Thuin, où son ancienneté a été reconnue. En septembre 2021, il change encore de réseau, pour rejoindre l’Athénée Provincial de La Louvière et l’Institut Paridaens à Beaumont.

►► Et c’est à ce moment-là que les problèmes commencent pour Grégori...

►► Il témoigne: « En pleine pénurie, c’est déconcertant d’être traité ainsi »

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo