Les vacances en Turquie ne se passent pas comme prévu pour la petite Amora, 10 ans: «Sa peau sentait la chair en décomposition, c’était affreux»

Photo
facebook (2)
Facebook

Les vacances en Turquie ne se sont pas passées comme prévu pour la famille d’Alisha. Sa fille de 10 ans, qui s’est fait tatouer un loup au henné sur le bras, souffre maintenant de brûlures chimiques : « Sa peau sentait la chair en décomposition, c’était affreux », raconte-t-elle au DailyStar.

Le tatouage temporaire de la petite Amora a commencé à s’infecter à son retour de vacances, au Royaume-Uni. Au bout de 10 jours, des cloques sont apparues et son bras est devenu rouge vif (photos). Après une visite chez le médecin, des antibiotiques lui ont été prescrits. Le docteur pense que la brûlure a été provoquée par un produit chimique que l’on retrouve couramment dans le henné de couleur noir.

« Je dirais aux autres parents de ne pas laisser leurs enfants avoir ces tatouages. Je n’avais aucune idée que le henné contenait du paraphénylènediamine, je ne savais même pas ce que c’est ! », a déclaré la maman. « Je ne pensais pas que le tatouage pourrait lui causer de telles brûlures ».

Avant de se faire tatouer au henné, il est en effet conseillé de faire réaliser un test d’allergie. « Quand j’ai vu les brûlures, j’ai fait des recherches car je ne savais pas ce que ça pouvait être. J’ai réalisé que c’était en fait très courant avec ces tatouages. Heureusement pour Amora, une réaction plus grave ne s’est pas produite », conclut la maman.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo