En ce momentDiables RougesCoupe du monde 2022CTR AwardsPermis de conduire Accueil Régions Verviers Actualité de la région de Verviers

Les élèves potassent leurs cours avant la rentrée à Juslenville

Afin de se préparer à la rentrée au mieux, des élèves révisent leurs matières à Juslenville. Des activités qui se sont produites ce mercredi en présence de Pierre-Yves Jeholet.

Quand on est ado et que c’est l’été, on a vraisemblablement d’autres préoccupations que de se retrouver en cours fin août. Et pourtant, une douzaine d’élèves est bien inscrite à Plaisir d’apprendre, à Juslenville. Le concept est relativement simple : des élèves de la 6e primaire à la 3e secondaire s’inscrivent à des cours afin de revoir les bases des matières et se lancer plus aisément lors de la rentrée prochaine.

de videos

Plaisir d’apprendre existe pour la deuxième année en Fédération Wallonie-Bruxelles, mais c’est la première fois que Theux a répondu à l’appel à projet pour la simple et bonne raison que, durant l’été dernier, les écoles theutoises avaient d’autres chats à fouetter.

Ce mercredi matin, le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Pierre-Yves Jeholet, y était.

« C’est très intéressant Plaisir d’apprendre, parce que c’est une manière de lutter contre le décrochage scolaire », relève le Hervien. On précise que les ados ne sont pas cloués aux bancs de l’école de Juslenville 8 heures par jour puisque, durant l’après-midi, ils font des activités sportives. Cette semaine, ils ont notamment pu faire de l’escalade ou s’amuser dans l’eau pour se rafraîchir. « Mais il ne faut pas en faire trop puisque le but n’est pas de concurrencer tous les stages. »

Des cours en s’amusant.
Des cours en s’amusant. - A.R.

Plusieurs déceptions

Si l’opération est intéressante, il s’agit d’un demi-succès. D’une part, sur les 22 places disponibles au sein de l’école communale de Juslenville, seulement 12 ont trouvé preneur. Au niveau de la FWB, sur 272 communes 64 ont répondu à l’appel. « Je suis un peu déçu par ce nombre. Certaines communes pensent que c’est une concurrence en plus pour les stages, mais le but est totalement différent. Il y a vraiment un objectif pédagogique et de lutte contre le décrochage scolaire. »

Pierre-Yves Jeholet a pu interroger les élèves.
Pierre-Yves Jeholet a pu interroger les élèves. - A.R.

Autre légère déception : les profs. L’objectif était de demander à des étudiants enseignants de venir donner des cours. Or, il n’y a eu aucune réponse positive de leur part. « Le seul étudiant que l’on a, c’est un étudiant en médecine », maugrée Jérémy Schyns, le coordinateur de la commune.

Résultat des courses : les profs sont des enseignants confirmés. Dommage, car les conditions de travail semblent bonnes. Les élèves, même s’ils sont poussés par les parents, sont volontaires, donc, en théorie, plus motivés que lors de cours « classiques ». Et comme ils sont peu nombreux, le rapport entre l’enseignant et l’étudiant est différent. « Une prof pour deux élèves, c’est bien, ça ! », commentait Pierre-Yves Jeholet.

« Deux élèves pour un prof, ce n’est pas mal non plus », lui rétorquait avec humour l’enseignante.

Reste que les charmantes têtes blondes auront une légère avance sur leurs camarades de classe d’ici la semaine prochaine. De quoi briller dans leur nouvelle classe.

Abonnement La Meuse, La Nouvelle Gazette, La Province, Nord Eclair et La Capitale A ne pas rater

Aussi en Verviers Actu

Voir plus d'articles