En ce momentDiables RougesCoupe du monde 2022CTR AwardsPermis de conduire Accueil Régions Verviers Actualité de la région de Verviers

Chaos sur un des parkings de Spa-Francorchamps à l’issue du Grand Prix (vidéo)

Les nombreux spectateurs ont dû prendre leur mal en patience à la fin du GP de Belgique.
Vidéo

Ce week-end avait lieu le Grand Prix de Formule 1 à Spa-Francorchamps. Un rendez-vous toujours très attendu qui aura encore lieu l’année prochaine, au grand plaisir des spectateurs belges. En effet, le Grand Prix de Belgique figurera également au calendrier du championnat du monde de Formule 1 en 2023, comme annoncé ce dimanche par la F1. Mais peut-être faudrait-il revoir quelques détails pratiques…

En effet, ce dimanche, de nombreuses personnes se sont plaint de l’organisation d’au moins un des parkings. Au moment de repartir, ils sont nombreux à avoir dû prendre leur mal en patience dans les bouchons qui se sont formés.

« Nous sommes arrivés à la voiture à 17h05. Il est 20h57 et voilà qu’on sort simplement du champ (…) Vendredi et samedi c’était compliqué, mais aujourd’hui c’était catastrophique. Il y a des gens qui se battaient sur le parking parce qu’ils n’en pouvaient plus », explique Geoffrey, un témoin, à nos confrères de RTL.

Et il n’est pas le seul à avoir connu pareille mésaventure. « Vers 17h, au moment de rejoindre notre véhicule au parking, là on a été bloqué pendant 4 heures. On ne sait pas pourquoi », raconte Quentin qui a pu quitter les lieux vers 21 heures. Pour Bruno, c’était « un scandale à Francorchamps. Quatre heures pour sortir d’un parking et toujours à l’arrêt à la même place ».

Des discours différents

Des affirmations qu’il faut nuancer. Contacté par nos soins, Jean-Claude Michel, l’un des responsables des parkings situé du côté de Ster et Francorchamps, estime que dans l’immense majorité des cas, tout s’est bien passé. « Il ne faut pas s’attendre à ce que des voitures qui sont arrivées durant plusieurs heures repartent immédiatement une fois le Grand-Prix terminé. »

Pour Jean-Claude Michel, la police et le plan de mobilité ont fait ce qu’ils pouvaient. « On a plus de 100.000 personnes sur des petites routes de campagne. C’est normal d’avoir un peu des bouchons. »

Il voit trois possibilités pour les supporters. « Soit partir plus tôt, 15 minutes avant la fin de la course. Soit faire la fête avec les supporters de Verstappen jusqu’à passé 20 heures, là on repart sans trop de problème. Soit on part quand le Grand Prix se termine et on attend deux heures dans la voiture. »

Fabrice Lebrun, conseiller communal au sein du groupe CitoyenS !, dans l’opposition, et bénévole au sein d’un parking, estime lui aussi que la mobilité était acceptable. « On ne peut pas construire une autre autoroute juste pour la course. Autant l’année passée c’était catastrophique avec la pluie et les gens embourbés, autant cette année c’était très correct. »

Un discours tenu également par la directrice générale de Spa Grand Prix, Vanessa Maes. À nos confrères de Belga, elle déclarait ce lundi : « Le circuit n’est pas entouré de six autoroutes directement à sa sortie, donc c’est évidemment difficile. De plus, il y a eu deux accidents qui ont rallongé le temps de circulation d’environ 45 minutes. Malgré ça, je tiens à souligner la très bonne collaboration avec la police fédérale. Nous avons aussi eu des retours de personnes trouvant que l’accès au circuit était plus simple que les années précédentes. »

Le bourgmestre Thierry de Bournonville estime de son côté qu’il s’agit d’événements tout à fait anecdotiques. « Le circuit est sur un site naturel, on n’y rentre pas facilement et on n’y sort pas facilement non plus. C’est comme ça, il peut y avoir des bouchons. »

Rappelons néanmoins que, si le problème de parking survient chaque année, le circuit de Spa-Francorchamps n’est pas le seul impacté et d’autres Grand Prix connaissent les mêmes soucis.

de videos

Abonnement La Meuse, La Nouvelle Gazette, La Province, Nord Eclair et La Capitale

Aussi en Verviers Actu

Voir plus d'articles