En ce momentCoupe du monde 2022Permis de conduire Accueil Régions Charleroi Actualité de la région de Charleroi

Un parc Legoland débarquera bel et bien à Gosselies, c’est signé: tous les détails!

C’était dans l’air depuis tellement longtemps qu’on craignait de ne jamais voir le dossier se finaliser. C’est désormais fait : un parc Legoland débarquera bien dans l’entité carolo en mars 2027, après quatre années de travaux sur le site !

Deuxième plus grande chaîne de parcs d’attractions au monde derrière Disney, le groupe Merlin Entertainments est un géant planétaire du divertissement, aux reins solides. Si son big boss John Jakobsen a fait le déplacement en personne à Bruxelles ce mardi matin, ce n’est évidemment pas pour rien. L’homme d’affaires vient d’annoncer la conclusion d’un accord pour la création d’un Legoland sur le site de Caterpillar, à Gosselies.

de videos

Concrètement, les travaux de démolition des infrastructures actuelles débuteront dès 2023 et se poursuivront jusqu’en 2025. Seul le grand bâtiment administratif ainsi que la dalle en béton seront préservés. Dans la foulée, viendra la phase de construction du parc, pour un coût de 370 millions d’euros, avec une ouverture espérée en mars 2027. L’immense majorité du site sera occupée d’emblée, c’est-à-dire environ 70 hectares. Mais plusieurs zones (20 hectares) seront préservées pour de futurs agrandissements, avec l’espoir de proposer régulièrement des nouveautés aux quelque 1,6 à 1,8 million de visiteurs souhaités dès la première année. Le tout générera très rapidement 800 emplois directs, et un peu moins de l’équivalent en jobs indirects.

B9729479665Z.1_20211228205443_000+GENJJTA9S.1-0

Longue route

Pour en arriver à un tel résultat, la route a été longue. Dès la fermeture de Caterpillar, la cellule de reconversion économique CATCH, sous la houlette de Thomas Dermine, s’est mis en quête de trouver un nouvel occupant pour les lieux. La priorité allait alors à un producteur d’engins lourds, de génie civil, mais la porte restait ouverte pour des activités différentes. Il y a alors bien sûr eu le flirt avorté avec le constructeur de voitures électriques chinois Thunder Power.

Puis, est arrivé Legoland, un peu par hasard ou presque à l’été 2019. Selon nos informations, un travailleur de l’Agence Wallonne des Exportations a vu que le géant du divertissement cherchait un site au Benelux, voire dans le nord de la France. Ayant des connaissances en commun avec Paul Furlan, il a sensibilisé ce dernier au dossier, qui l’a relayé auprès de Thomas Dermine et des autres décideurs.

Deux propositions

Charleroi s’est alors positionné… avec deux propositions : le site de Caterpillar et celui de la Porte Ouest. Et très vite, c’est le premier qui a séduit les responsables de Legoland, notamment grâce à son accessibilité par la route, le rail ou l’aéroport voisin. « Dans un périmètre de 90 minutes en voiture, 12 millions de personnes peuvent rejoindre les lieux », rappelle un observateur du dossier.

En mai 2020, une rencontre a été organisée à… Pairi Daiza, le parc animalier à Brugelette. Tout semblait rouler, mais la crise Covid est survenue en parallèle et s’est prolongée. Merlin Entertainments a vu ses recettes réduites à néant ou presque du jour au lendemain. Plus anecdotique mais terriblement embêtant : impossible pour son bureau d’études canadien de rejoindre Gosselies !

50 % de public

Bref, le tout a pris pas mal de retard, avant de repartir de l’avant à l’automne 2021, avec notamment une rencontre entre Paul Magnette et John Jakobsen. Un peu plus de six mois ont été nécessaires pour finaliser la structure financière et voilà aujourd’hui l’officialisation ! Concrètement, deux sociétés vont être créées : une immobilière et une opérationnelle. Dans la première, Merlin détiendra 50 % et les 50 % restant reviendront à consortium public autour de la SOGEPA, le bras financier de la Région. Selon le deal conclu, Merlin Entertainments devra réinvestir 10 % du chiffre d’affaires annuel dans le parc, pour garantir son attractivité. On estime cela à 106 millions d’euros après une décennie !

La présence des pouvoirs publics a permis d’avoir d’autres exigences. L’hôtel sera de taille raisonnable, pour permettre à d’autres complexes hôteliers de la région d’en profiter. Des produits locaux devront être mis en avant. Enfin, on évoque déjà la possibilité de la création d’un « pass » avec d’autres attractions hennuyères, voire wallonnes comme Pairi Daiza ou les Lacs de l’Eau d’Heure.

Bref, on comprend largement les sourires de Thomas Dermine, devenu entre-temps secrétaire d’Etat à la Relance, du ministre de l’Economie wallon Willy Borsus, de Paul Magnette et d’Elio Di Rupo aux côtés de John Jakobsen ce mardi matin !

300857402_388662313244823_5591882788723568178_n

300831423_3258205444422401_3324478192992072085_n

301812438_1359119314612727_5295949667635579413_n

►► Il s’agira du premier parc européen Legoland à ouvrir ses portes depuis 20 ans

►► Voici, en photos, ce que deviendra le site de Caterpillar

►►Avec un investissement estimé entre 370 et 400 millions d’euros, ce nouveau parc pourrait être le 2e plus gros investissement de ces 10 dernières années en Région wallonne

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo A ne pas rater

Aussi en Charleroi Actu

Voir plus d'articles